Cameroun: Une nouvelle attaque terroriste tue quatre gendarmes.

photo: AFP

News
Typography


Quatre gendarmes ont été tués, lundi 18 décembre, dans l’ouest anglophone du Cameroun lors d’une attaque de séparatistes présumés, a annoncé le jour même Issa Tchiroma, ministre de la communication et porte-parole du gouvernement. « Une attaque vient malheureusement de coûter la vie à quatre de nos gendarmes, froidement assassinés ce lundi dans la localité de Kembong », a déclaré M. Tchiroma au cours d’une conférence de presse.

Cette attaque « lâche, sporadique, menée à visage couvert et usant de perfidie » a eu lieu dans « l’arrondissement d’Eyymodjock, dans le département de la Manyu », épicentre des violences ces derniers jours, a-t-il précisé. « Le président Paul Biya salue la mémoire de ces braves soldats tombés sur le champ d’honneur », a poursuivi le porte-parole, sans préciser les circonstances de l’incident.

La sécurité dans les régions anglophones du Cameroun, en proie à une grave crise socio-politique depuis un an, s’est considérablement dégradée en quelques semaines. Ce nouvel incident porte à quinze en moins de deux mois le nombre de membres des forces de sécurité camerounaises qui y ont été tués.

Nouvelle journée « ville morte »

« Les forces de défense et de sécurité mènent à l’heure actuelle des opérations de maintien de l’ordre et des opérations de défense dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest », a rappelé le porte-parole du gouvernement. Les résultats de ces opérations « sont probants », a-t-il affirmé : « Des refuges de ces hordes d’assassins ont été littéralement rasés et des villages précédemment pris en otage libérés du joug des terroristes », qui sont « nombreux » à avoir été « neutralisés ».

Vendredi, le gouvernement lemonde.fr