Cameroun - Dieudonné Mballa Mballa (candidat à la présidentielle de 2018): «La plupart des gens qui sont aux affaires (au Cameroun) ont une double nationalité»

News
Typography

L’humoriste Franco-Camerounais a réitéré son intention de participer au scrutin prévu l’an prochain au cours d’un entretien avec les hommes de médias le 16 octobre 2017 à Yaoundé.

Dieudonné Mbala Mbala veut vraiment devenir le prochain président de la République du Cameroun. L’humoriste Français d’origine camerounaise a réitéré cette intention révélée depuis bientôt un an, au cours de la conférence de presse qu’il a tenue le 16 octobre 2017 à Yaoundé. Selon le journalducameroun.com, Dieudonné déclare son intention de « participer à la construction du Cameroun de demain. Je ne me présente pas contre mon pays, mais pour mon pays ». Lorsqu’on lui parle de l’obstacle que devrait représenter sa double nationalité, l’artiste ne montre aucune inquiétude. Rien de bien compliqué selon lui.  

Encore que, affirme-t-il, plusieurs dirigeants camerounais sont dans la même situation que lui. « Je m’appelle Dieudonné Mballa Mballa. Je suis camerounais, et je pense que ce sont juste des règles du jeu qui voudraient  écarter certaines personnes du débat qui nous concerne tous. C’est une étape qu’il faudra certes traverser, mais pour moi, c’est une difficulté secondaire par rapport aux enjeux et l’importance  de ces élections. Les Camerounais ont besoin de solutions, d’un débat constructif et profond et d’un débat de ce type… (…) La plupart des gens qui sont aux affaires ont une double nationalité. Les Camerounais méritent beaucoup mieux. Ils méritent juste que chacun d’entre nous, avec son expérience, son histoire, mette toute son énergie au service de la patrie. J’ose espérer que par mon expérience, j’ai des choses à dire  dans le débat qui s’annonce. Des éléments qui, à mon sens, pourront contribuer à un meilleur développement du Cameroun ».

En ce qui concerne sa résidence effective au Cameroun, autre obstacle à la validation de sa candidature, Dieudonné Mbala cite l’exemple du président de la République Paul Biya dont les séjours à l’étranger font jaser au pays.  « Vous pensez que je suis le seul à habiter à l’étranger une partie de l’année ? Vous pensez sincèrement que le candidat principal à cette élection ne réside pas lui aussi à l’étranger une bonne partie de l’année», ironise-t-il...lire la suite