Découvrez les raisons probables de l'assassinat du Proviseur du Lycée Bilingue de FOUMBAN

News
Typography

En attendant les conclusions de l’enquête criminelle ouverte par les autorités judiciaires à la suite de l’assassinat du proviseur du Lycée bilingue de Foumban, dans la Région de l’Ouest, notre confrère et lanceur d’alerte Paul Chouta, fait des révélations qui pourraient contribuer à la manifestation de la vérité.

Cameroon-Info.Net révélait hier que le professeur des Lycées d’enseignement général Charles Etoundi, proviseur du Lycée bilingue de Foumban a rendu l’âme hier samedi 23 septembre 2017 après avoir reçu plusieurs coups de couteau de la part des inconnus qui ont débarqué à son domicile dans la nuit du vendredi 22 au samedi 23 septembre. Les auteurs de cet acte criminel courent toujours, mais les forces de sécurité sont à leurs trousses et la justice a ouvert une enquête. En attendant de connaitre les mobiles de ce crime, notre confrère et lanceur d’alerte Paul Chouta, fait dans le texte ci-dessous, des révélations qui pourraient contribuer à la manifestation de la vérité. - « Mr ETOUNDI Charles PLEG hors hiérarchie précédemment en service à la Délégation Régionale du centre matricule 360-643 est nommé par arrêté du 1er décembre 2016 au Lycée Bilingue Sultan Ibrahim Njoya de Foumban. En effet, à sa nomination, Mr ETOUNDI trouve un Lycée où la délinquance a élu domicile. Certains élèves et enseignants Bamoun dictent leurs lois soit disant être chez eux. Son prédécesseur sieur NKODICK Patrice avait commencé le redressement du lycée et n'a malheureusement fait que deux mois avant d'être appelé à d'autres fonctions car menacé par les élèves et parents Bamoun qui le jugeaient trop strict (interdiction des pantalons dit « slim », chaussures ouvertes, jeux hasard, flâneries...) et d'être étranger (c’est à dire n'est pas Bamoun) à leur grande surprise c'est un autre <<étranger>> sieur ETOUNDI qui y est envoyé. Il trouve un Lycée dont les responsables et les membres de l'APE sont déjà noyés dans un système de corruption bien huilé. D'ailleurs il trouvera un manquant de 8 millions de FCFA dans les caisses de l'APE et suite à des nombreuses grèves des enseignants vacataires pour salaires impayés, il refuse de donner son accord pour un prêt de 6 000 000 FCFA à une banque pour le compte de l'APE. Il saisit le préfet du Noun pour médiation qui, cahin-caha réussira à calmer les tensions, même si aujourd'hui les dits vacataires réclament 2 mois de salaires. Resté en poste au dernier mouvement de NGALLE BIBEHE, Ministre de l'enseignement secondaire, il décide de dissoudre en ce début d'année scolaire, l'ancien bureau de l’APE et donc,  le nouveau bureau devait être voté dans les prochains jours. Première probabilité de son assassinat. D'après les sources de bonne foi, le proviseur du lycée de Mayap (localité environnante de la ville de Foumban) avait déclaré sur les antennes de la RCN (radio communautaire du Noun) qu'un étranger ne  lire la suite sur ActuCameroun