Football

Cameroun/CAN 2019 : incertitudes sur la tenue de la compétition prévue en 2019

La question brûle toutes les lèvres sur la tenue ou non de la Coupe d’Afrique des Nations édition 2019 au Cameroun, après les rumeurs sur un probable retrait de l’organisation de l‘événement sportif. Des rumeurs balayées par le ministre des Sports qui s’est voulu rassurant.

« Je voudrais rassurer l’opinion nationale et internationale, que malgré les contraintes liés à la conjoncture économique actuelle et à la préservation de la sécurité de notre pays, le gouvernement est totalement engagé sous la très haute impulsion du président Paul Biya à remplir le cahier de charge de la CAF. L’examen général de l’Etat des infrastructures nous permet de relever que sur les 32 stades dont disposera le Cameroun, les 11 qui ont servi pour la CAN 2016 sont prêts, disponibles et fonctionnels, les 21 autres sont à construire (7 stades à construire) ou à réhabiliter (14 stades à réhabiliter) ». A rassuré Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt, ministre camerounais des Sports.

Un point de presse qui coïncidait avec le Symposium de la CAF au Maroc. Et désormais, la CAN se jouera à 24, et ce, dès 2019 ; ce qui rend encore la tâche plus difficile au Cameroun selon les experts.

‘‘Tous les stades qui étaient destinés à cette CAN 2016 sont encore en chantier pour la plus part et il y a des finitions à faire, maintenant on s’est dit peut-être qu’avec le temps on pourrait organiser la CAN 2019 avec des stades de 50.000 et 60.000 places. Je ne sais pas pourquoi on a besoin de faire des stades de 50.000 places au Cameroun pour un pays qui a des problèmes conjoncturels et surtout avec d’autres priorités qui se présentent. Maintenant on pas véritablement respecté nos délais techniques pour construire des stades pour 16 équipes, aujourd’hui, on nous donne un cahier de charge de 24 équipes, je crois que c’est très compliqué. Déclare ATANGANA FOUDA, spécialiste des questions de football.

Notre correspondant s’est rendu à Bafoussam, ville de l’Ouest -Cameroun, l’une des villes-hôtes de la compétition. Le constat est alarmant : pas de véritables structures hôtelières, routes en piteux état… Les analystes sportifs se montrent sceptiques.

Eric Christian DJOMO est expert sur les questions de sport

« Il va falloir avoir des routes et on en a pas au niveau de la région de l’Ouest. On a compté sur le C2D partenariat France-Cameroun qui tarde à démarrer ». Il ajoute aussi que pendant une séance de travail avec le gouverneur de la région de l’Ouest, ce dernier s’interrogeait et interrogeait d’ailleurs les responsables du C2D sur la possibilité d’atteindre les objectifs dans le délai imparti. En d’autres termes : « Est-il possible qu’en moins de 2 ans de construire toutes les routes de la ville de Bafoussam ? » A cette question un ingénieur a dit que cela sera difficile

Une situation que déplorent les habitants de cette ville.

‘ « Vous voyez on a un seul stade qui n’est même pas encore terminé. … partir même de l’Ouest pour aller regarder la CAN à Yaoundé ce n’est pas très évident parce que même la route Bafoussam-Yaoundé, c’est un fiasco » déplore Samuel MEVA habitant de Bafoussam.

« On ne peut pas organiser une coupe avec des étrangers alors que nous-même on ne parvient pas à trouver des routes pour aller au stade ça c’est déjà une première chose, donc franchement s’il faut qu’on l’organise et que Bafoussam y soit il faudrait qu’il y ait des routes et jusqu’à présent les travaux n’ont pas commencé donc c’est très difficile c’est même pas possible ». Ajoute TAMBOU, habitant de Bafoussam.

Les analystes estiment les délais très courts : deux ans seront insuffisants pour la construction des stades de 50.000 voire 60.000 places.

AFRICANEWS