Cameroun: Clarence Seedorf n'a pas encore compris le Cameroun.

SPORT
Typography

SEEDORF N’A PAS ENCORE COMPRIS L’EQUIPE DU CAMEROUN.

Le nouveau sélectionneur des lions indomptables  Clarence SEEDORF et son nouvel assistant Kluivert  ont  tardé à comprendre l’immense challenge qu’est d’entrainer l’Équipe nationale de football du Cameroun.

En effet, samedi dernier le sélectionneur nouvellement installé a débuté son sacerdoce par un match opposant la sélection Camerounaise à celle Comorienne comptant pour la qualification de la CAN (Coupe d’Afrique des Nation)  qui se déroulera au Cameroun en janvier 2019.

Les deux équipes se séparent sur un score nul (1-1). Le Cameroun jouant en terre Comorienne et mené au score à la première mi-temps a dû compter sur l’expérience de son nouveau sélectionneur et de celles des joueurs comme Oyongo Bitollo qui grâce à son magnifique centre sur le côté permet à sa sélection de revenir dans la partie et de gagner ainsi 01 points. Cependant, avec une équipe en pleine reconstruction et des piètres performances, SEEDORF et son staff parviendront-ils à réussir là où tant d’autres ont sombré ?

publicité yapee 2

Si l’on a l’habitude de dire que le Cameroun c’est 25 Millions de coach, Clarence Seedorf, le coach principal bénéficie encore d’une excuse due à sa jeune expérience en tant que coach d’une sélection nationale. Ce qui est important de mentionner ici c’est la dimension symbolique qui entoure généralement l’équipe des Lions Indomptables qui comme on le sait tous est un véritable casse-tête pour les coachs expatriés. Fini les clameurs et les acclamations liées au prestige du duo hollandais qui comme on le sait à briller en tant que joueur dans leurs différents clubs et sélection. Désormais il est tant de se concentrer sur les performances sportives des lions.

La tradition au Cameroun voudrait que les super-stars ne soient pas généralement des stars en club. Souvenons bien de ces heures de gloire des lions indomptables ou les meilleurs étaient généralement issus de clubs peu prestigieux mais dont les performances en Équipe nationale n’ont jamais cessé d’étonné. Qui se souvient encore des clubs où évoluaient, Joel Épalle ou encore Patrice Abanda avec qui la sélection Camerounaise a remporté les jeux olympiques. Que dire de l’épopée fantastique entre 2000 et 2004 où les joueurs sélectionnés venaient de championnat moyen comme la Grèce.

La non-sélection des joueurs comme Bassogog et Moukandjo champion d’Afrique, sous le prétexte que ceux-ci soient trop éloignés des championnats majeurs et dont les performances seraient mitigées, faut-il donc croire que ceux-là seraient inutiles pour cette phase éliminatoire ? Ces cadres dont l’équipe à besoin et qui porte encore en eux l’aura du succès de le CAN 2017 ne sont-ils pas utiles pour une sélection comme celle-là ? en tout état de cause l’on constate que l’on n'a pas bien expliqué au nouveau coach que le Cameroun, c’est le Cameroun, nous espérons que celui-ci s’éloignera un peu du style formel et professionnel propre à l’Europe et se plongera dans les avatars du système sportif et miraculeux du Cameroun, où les bons joueurs de l’équipe ne sont pas les meilleurs. À bon entendeur …

Sylvain BELINGA

si vous avez aimé cet article,

likez et partagez.