Découvrez ces gloires du football adulées mais "accros" à la cigarette

parifans.fr

SPORT
Typography

En théorie, sport de haut niveau et tabac ne sont pas compatibles. N'empêche, quelques footballeurs de renom n'arrivent pas à se passer de leur péché mignon. 

 Qui dit novembre dit "mois sans tabac", une opération renouvelée chaque année pour tenter de débarrasser les fumeurs de leurs mauvaises habitudes. Parmi eux, quelques footballeurs... dont Marco Verratti. L'international italien, milieu du PSG, a été vivement critiqué pour des prestations en demi-teinte, que les observateurs attribuaient à sa mauvaise hygiène de vie, particulièrement à son amour de la cigarette. Las ! Contre Anderlecht, mardi 31 octobre, le milieu parisien a livré sa prestation la plus aboutie depuis longtemps, couronnée par un but. Comme quoi, cigarette et ballon rond ne sont peut-être pas si incompatibles, quoi qu'en dise la médecine.

Marco VERRATIi grillant une

Dans l'inconscient collectif, les images de footballeurs qui fument appartiennent surtout aux années où le football se regardait en noir et blanc. Les fans de ballon rond des années 1950 ont vu le Français Raymond Kopa faisant la réclame pour Camel, "la vraie cigarette des vrais fumeurs" ou l'Anglais Stanley Matthews vantant la Craven A, "le tabagisme propre" (si, si). Pour la petite histoire, Matthews était... un non-fumeur militant, qui cachetonnait pour arrondir ses fins de mois. A l'époque, Matthews est une exception dans un monde où fumer est la norme. Le club de Newcastle verse ainsi une partie du salaire de ses joueurs en cartouches de cigarettes, raconte le magazine spécialisé The Blizzard (article en anglais).

raymond kopa publicité

A la mi-temps d'une finale de Cup, un des joueurs des Magpies (Newcastle), Jackie Milburn, déboule dans les vestiaires de Wembley et découvre quatre coéquipiers en train de s'en griller une. "Ça nous détendait et on obtenait d'excellents résultats", raconte l'attaquant international dans son autobiographie.

Symbole du footballeur-clopeur, Johann Cruyff. Le triple Ballon d'Or néerlandais a commencé par fumer très jeune. Une forme de rebellion dans un pays qui, au début des années 1960, était encore engoncé dans les traditions protestantes. Jusqu'à ce que Cruyff devienne une star, son addiction à la nicotine n'est pas vraiment assumée. Son coéquipier Sjaak Swart se rappelle d'une fois où le redouté coach de l'Ajax Rinus Michels l'avait repéré en train de crapoter au fond du bus. "Michels s'est avancé, raconte Swart dans Marcaet Johan a aussitôt caché sa clope dans sa poche alors que le coach le toisait pendant deux bonnes minutes. Fatalement, Cruyff s'est brûlé la main !" Devenu intouchable, il ne se gênera plus pour enfumer ses coéquipiers dans les vestiaires.

yoan cruyff fumant dans le vestiaire

Il faudra attendre un double pontage coronarien dans les années 1990 pour que le Batave troque ses Marlboro pour des Chupa Chups. Cruyff tentera de gommer son image de fumeur glamour en jouant dans une publicité diffusée en Espagne, où on le voit jongler avec un paquet de cigarettes et dire : "J'avais deux addictions dans ma vie, le football et la cigarette. La première m'a tout donné, la seconde a failli tout me reprendre."

France 98, une équipe portée sur la Gauloise

Des images issues du passé ? Non. La sacro-sainte équipe de France de 1998 était un repaire de clopeurs. A son arrivée à Roissy pour rejoindre Clairefontaine, avant le début de la Coupe du monde, Emmanuel Petit ne cache pas la cigarette qui pend à ses lèvres. Une fois arrivé au château, Petit se rend dans la chambre de Fabien Barthez, qui devient le fumoir officieux. "Je venais y discuter, fumer une clope", raconte le milieu de terrain à la queue-de-cheval dans son livre Franc-tireur (éd. Solar, 2015). Et dans le documentaire –l'évangile, presque– Les Yeux dans les Bleus, Fabien Barthez faisait étalage de sa science pour éteindre discrètement une cigarette dans un lavabo, tandis que Laurent Blanc se faisait surprendre avec une sèche sur le lit.

La même année, c'est notre "Zizou" national qui est pris la main dans le paquet de Gitanes. Son agent fait passer le message aux journalistes, affirmant que c'est un incident isolé. Il pousse son poulain à devenir tête de gondole d'une campagne anti-tabac en 2002. Patatras ! Des paparazzis le surprennent clope au bec au balcon du château bavarois où se terrent les Bleus de 2006. Des tabloïds britanniques et italiens publient le cliché, raconte le livre Les deux vies de Zidane (éd. Archipoche, 2017). Rien ne filtre en France –pas question de se mettre l'icône à dos– ni en Espagne, où Zidane a signé un accord avec les patrons de presse lors de son arrivée au Real Madrid en 2000 pour que ne soit publiée aucune photo privée, raconte le livre Zidane, une vie secrète (éd. Flammarion, 2008).

zidane photographier entrain de tirer une clope

Une particularité française alors ? lire la suite sur franceinfo