Le Top

Media3812 700x200 1st DEPOSIT 130 EN

Le transfert le plus inattendu de l’année 2011 a été incontestablement celui de Samuel Eto’o, vendu par l’Inter Milan au méconnu club russe du Anji Makhatchkala. Montant du deal : 27 M€ et trois ans de contrat. L’attaquant camerounais a obtenu une clause lui garantissant le transport en jet privé ou en hélicoptère pour se rendre à chaque entraînement. Il ne voulait effectivement pas vivre à Makhatchkala (trop isolé) et s’était installé à Moscou. Au final, le milliardaire propriétaire du Anji, Suleiman Kerimov, a cédé aux caprices d’Eto’o, qui parcourait 3600 kms (aller-retour) pour se rendre à l’entraînement.

>>cliquez ici pour découvrir les autres clauses stupéfiantes de contrat de football<<

afriquesports.net.

si vous avez aimé cet article,

likez et partagez.

Johannesburg, 4 août (APS) - La NBA va lancer et développer au cours de la prochaine décennie "un championnat continental’’ en Afrique, a annoncé Adam Silver, président de la Ligue américaine de basket-ball, samedi, à Pretoria, en Afrique du Sud, en prélude à la 3e édition de l’Africa Game.

Media3812 700x200 1st DEPOSIT 130 EN"Notre projet de la prochaine décennie est de lancer et développer un championnat continental", a dit M. Silver, au cours d’une rencontre avec les journalistes, en présence des vice-présidents de la NBA Mark Tatum et Amadou Gallo Fall, ce dernier étant chargé de l’Afrique au sein de la Ligue américaine.

La NBA a discuté de ce projet avec la Fédération internationale de basket-ball (FIBA) et son secrétaire général Patrick Bauman, a renseigné Adam Silver, mettant en avant "l’expertise" de la NBA qui lui permet de "lancer et développer des championnats" dans d’autres continents.

"Nous avons l’expertise d’opérer ce genre de projets avec le championnat NBA, celui des filles la Wnba et la G-League, nouvelle appellation de la D-League’’, c’est-à-dire la Ligue de développement de la NBA, a indiqué M. Silver.

Selon Amadou Gallo Fall, le lancement de cette Ligue continentale va permettre de "parachever" l’écosystème mis en place par la NBA sur le continent africain. Il estime que "l’engagement de la NBA en Afrique n’est plus à démontrer" avec les différents programmes qu’elle met en œuvre sur le continent.

Le Bureau de la NBA en Afrique, ouvert en Afrique du Sud depuis 2010, a lancé des programmes axés sur le développement du basketball des jeunes avec notamment la mise en place d’un championnat de mini-basket dénommé "Junior NBA’’, qui se déroule dans douze pays du continent.

Le lancement de cette Ligue n’empêchera toutefois pas la NBA de continuer le développement du basketball à la base, a expliqué son patron Adam Silver, évoquant "les nombreux partenariats que la NBA met en place dans ce sens".

"Nous avons mis l’accent depuis notre installation sur le développement du basketball avec la Junior NBA, mais aussi l’ouverture prochaine de l’académie NBA basée au Sénégal", a rappelé Amadou Fall, pour qui le lancement d’une Ligue continentale contribuera à développer le basketball d’élite.

M. Fall a profité de ce face-à-face avec les journalistes pour révéler que le programme de développement que la NBA a signé avec l’Agence française de développement (AFD) va porter sur un financement de 12 millions de dollars, soit près de 7 milliards de francs CFA.

Aps.sn

si vous avez aimé cet article,

likez et partagez

Pisté depuis longtemps par l’Olympique de Marseille, l’attaquant camerounais du FC Porto, Vincent Aboubakar, figure également sur les tablettes du FC Séville qui serait prêt à offrir 15M€ pour le Lion Indomptable.

bannières publicité artiste

D’après les informations de Canal Sur Radio, le FC Séville souhaiterait recruter Vincent Aboubakar. Le club espagnol serait même prêt à offrir 15M€ pour l’enrôler.

Sous contrat jusqu’en juin 2021 avec le club portugais, l’ancien attaquant du coton sport de Garoua et du Fc Lorient dispose d’une clause libératoire de 50M€.

Le camerounais a marqué 15 buts en 28 matchs de championnat et 5 buts en 6 rencontres de Ligue des Champions la saison passée sous les couleurs des Dragons.

fr.starafrica.com.

Si vous avez aimé cet article,

Likez et partagez

 

La Fédération camerounaise de football et le ministère des Sports et de l’Education physique se regardent en chiens de faïence, en raison d’une lettre récente du ministre invitant le président du Comité de normalisation de la fédération à lui transmettre le projet de statuts de la fédé avant adoption.

La crise entre le ministère des Sports et de l’Education physique (Minsep) et la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) a resurgi depuis quelques temps, au lendemain de l’adoption par le parlement camerounais de la loi n° 2018/014 du 11 juillet 2018, portant organisation et promotion des activités physiques et sportives au Cameroun.

publicité yapee 2

Après avoir favorablement répondu à l’exigence formulée par la Fifa, le gouvernement camerounais, à travers son ministre des sports, a en retour, adressé une correspondance au président du Comité de normalisation de la Fecafoot le 18 juillet dernier, dans laquelle il demande à Me Dieudonné Happi, de «[lui] faire tenir, dans les meilleurs délais, les projets de statuts de la fédération assortis du chronogramme du processus électoral aménagés à la lumière des dispositions de la nouvelle loi», écrit Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt.

Fecafoot rebelle?

La Fédération n’a pas jugé utile de s’exécuter suite à cette requête ministérielle, arguant qu’il s’agit d’une «ingérence du Minsep dans le processus de retour à la normale au sein de l’instance faîtière. Quel peut être l’intérêt pour le Minsep de disposer de ces projets de textes quand on sait qu’il n’a aucun rôle à jouer jusqu’à l’élection du prochain bureau exécutif?», a réagi mardi Parfait Siki le Directeur de la Communication à la Fecafoot.

A la Fecafoot, l’on indique que le circuit formel recommande que le projet de statuts, sujet à caution, soit préalablement acheminé à la Fifa pour validation avant adoption par une assemblée générale qui sera convoquée ultérieurement. «Par politesse institutionnelle, quand le texte aura suivi le circuit normal, c’est-à-dire qu’après la promulgation du texte le 11 juillet, après que le texte soit allé à la Fifa et qu’il ait été validé, à son retour, la fédération PEUT envoyer une copie au ministère des Sports. Le principe, c’est qu’il ne doit pas avoir ingérence du gouvernement dans les affaires de la fédération», renchérit Parfait Siki. Le principe d’ingérence est sous-tendu par les statuts de la Fifa en son article 19 alinéa premier, qui dispose que «chaque association membre doit diriger ses affaires en toute indépendance sans l’influence indue d’aucun tiers».

Loi embarrassante

Les sons dissonants qui résonnent encore entre le ministère et la Fecafoot au lendemain de la promulgation de la loi du 11 juillet dernier par le président de la République dénotent-ils de simples incompréhensions ou alors des écueils qui subsistent dans ladite loi? Au ministère des sports, il n’est nullement question d’une résurgence de la guéguerre Minsep-Fecafoot, en ceci que «la Fecafoot a une délégation de mission du service public. Le ministère assure ses prérogatives conformément à la loi. N’est-ce pas le ministère des sports qui gère le sport dans un pays? Pourquoi considère-t-on comme une ingérence ce qui parait normal et logique», réplique Samuel Zo’ona l’un des responsables du département de la Communication au ministère des sports.

En effet, ce dernier croit savoir que le patron en charge du maroquin des sports agit selon l’une des dispositions de la nouvelle loi sur les activités physiques et sportives, en l’occurrence l’article 47, qui rapporte que «les fédérations sportives sont placées sous la tutelle ministère en charge des sports». Cette disposition n’est cependant pas en conformité avec l’article 19 des statuts de la Fifa susmentionné, et pourrait nourrir davantage d’incompréhensions entre les dirigeants des deux institutions. «Il ne faudrait pas que les gens voient derrière cette requête du ministre la guerre Minsep-Fecafoot. En demandant à avoir le chronogramme du processus électoral de la Fecafoot, le ministère a pour seul souci d’en finir avec la crise au sein du football, et que les élections soient organisées pour que définitivement on en sorte», argumente Samuel Zo’ona.

Pour mémoire, depuis 2013, aucun exécutif légal n’a été désigné à la Fédération camerounaise de football, et l’expectative demeure cinq ans après. Ce malgré la désignation par la Fifa de deux comités de normalisation (2013 et 2017), pour sortir le football camerounais de cette impasse.

camfoot.com

si vous avez aimé cet article,

likez et partagez.

La 25e journée du championnat Elite two et la 30e journée du championnat Elite one annoncées les 08 et 10 juillet 2018, ont été subitement suspendues

Une grande première depuis l’instauration en 2011 du professionnalisme au sein du football camerounais. L’édition 2018 des championnats Elite one et Elite two est subitement suspendue à cause d’un manque d’argent.

Aussi rocambolesque que cela puisse paraitre, la Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC), l’organe en charge de l’organisation des championnats d’Elite a déclaré sa « faillite » dans un communiqué publié ce jeudi 05 juillet 2018.

« Les administrateurs de la Ligue de football professionnel du Cameroun , en présence du Président du Syndicat des clubs d’Elite du Cameroun, réunis ce jour 05 juillet 2018 au siège de la Ligue de football professionnel du Cameroun , ont constaté l’impossibilité de poursuivre l 'organisation des championnats MTN Elite one et MTN Elite two pour défaut de moyens financiers » a expliqué Pierre Semengue , président de la LFPC, avant d’indiquer que la 30 journée d’Elite one et la 25 journée d’Elite two sont reportées à une date ultérieure

Ainsi, éclate au grand jour la dèche qui mine le football professionnel au Cameroun. Depuis sa création il y a sept ans, la LFPC est incapable de s’auto financer. Son budget de fonctionnement et d’organisation des matches dépend presque entièrement des donateurs tels que la Fédération camerounaise de football et le gouvernement. Le retard accusé dans la mise à disposition des dons financiers plombe souvent l’organisation des matches.  Aussi, la FECAFOOT est-elle accusée d’être à l’origine de la suspension des championnats professionnels. Si cette accusation a été éludée dans le communiqué rendu public par le général Pierre Semengue, plusieurs sources au sein du Conseil d’administration de la LFPC s’indignent sous anonymat du comportement du président du Comité de normalisation de la FECAFOOT. Maitre Dieudonné Happi est qualifié de radin.

« C’est écrit noir sur blanc qu’à chaque saison sportive, la FECAFOOT doit allouer à la LFPC, une subvention de 410 millions de FCFA. Depuis l’arrivée de Dieudonné Happi à la tête de la FECAFOOT, il se fait prier tout le temps pour signer le chèque au pro¡t de la LFPC. Depuis le début de la saison en cours, il n’a versé que 155 millions de FCFA. Nous sommes déjà à moins cinq journées pour la ¡n du championnat Elite one. Il n’a toujours pas débloqué le reste de la subvention au pro¡t de la LFPC. Et pourtant, les caisses de la Fédération ont beaucoup d’argent. Nous avons décidé de tout arrêter. Si ça peut faire bouger les lignes tant mieux » dénonce un administrateur de la LFPC.

En attendant, joueurs, arbitres et autres o£ciels sont au chômage. Surprise désagréable pour l’équipe Unisport du Haut-Nkam qui avait déjà pris la route de Garoua où l’attendait de pied ferme Coton sport local pour le compte de la 30 journée.

cameroon-info.net.

Photo d'archives.

FOOTBALL

Qui seront les 7 qualifiés qui accompagneront le Ghana, pays-hôte, à la phase finale de la CAN féminine du 17 novembre au 1er décembre prochains ? Début de réponse ce mercredi avec la manche aller du 2e et dernier tour des éliminatoires. Exempts de premier tour, le Nigeria, le Cameroun et l’Afrique du Sud entrent tous en jeu à cette occasion, tout comme le Mali, qualifié par forfait.

Les affiches Côte d’Ivoire-Mali et Congo-Cameroun vaudront le détour, tout comme le derby Zambie- Zimbabwe. A noter que la Guinée Equatoriale va bien prendre part à ces éliminatoires alors que le Nzalang Nacional se trouve sous le coup d’une suspension de la FIFA. Matchs retour à partir du 10 juin.

 Le programme de mercredi

Algérie - Ethiopie 


Côte d’Ivoire - Mali 


Gambie - Nigeria 


Congo - Cameroun 


Kenya - Guinée Equatoriale 


Lesotho - Afrique du Sud 


Zambie – Zimbabwe

afrik-foot.com

fr.besoccer.com.

transfert/Mercato

Il y a un peu plus d'un an, Raphael Dwamena est passé à deux doigts de signer pour Brighton. Des prétendus problèmes de coeur l'ont empêché de passer la visite médicale. Cette semaine il est devenu le transfert le plus cher de Levante.

Le Ghanéen de 22 ans a fait la une des journaux en Angleterre il y a un peu plus d'un an. Alors qu'il s'apprêtait à signer à Brighton, la visite médicale avait révélé qu'il souffrait de problèmes cardiaques et son transfert avait été avorté.

Media2774 400x100 1stDeposit bonus ENG

"Dieu ne voulait pas que je joue en Angleterre, je n'ai aucun problème de coeur", a certifié le joueur africain. Les services médicaux de Levante ont donné leur feu vert et le joueur a pu signer pour le club de Valence.

"Je n'ai pas la pression même si je suis le transfert le plus coûteux, je suis ravi. Il y a un an, en Angleterre on m'a dit que je ne jouerai plus au football et pourtant, je suis là. Je remercie Dieu et le club d'être aujourd'hui à Levante", a indiqué le joueur.

L'international ghanéen a signalé qu'il avait pris contact avec Emmanuel Boateng, son nouveau coéquipier avant de signer. Ce dernier lui a parlé du club en termes très positifs. Le joueur a expliqué qu'il s'adaptait petit à petit au club et qu'il avait reçu un accueil chaleureux. 

Il a ajouté : "La Liga est un des meilleurs championnats du monde. Je suis heureux d'être ici car c'est une nouvelle étape dans ma vie et je vais pouvoir affonter de grands joueurs comme ceux du Real ou du Barça".

Dwamena a failli signer au CSKA Moscou mais son choix a porté sur le club espagnol car : "Le Levante a toujours soutenu des joueurs Africains et m'a donné une bonne impression dès les premières minutes".

fr.besoccer.com.

Si vous avez aimé cet article,

likez et partagez. 

Annoncé en France de manière plus ou moins insistante ces dernières semaines, Samuel Eto’o ne sait pas de quoi la suite de sa carrière de footballeur sera faite. A 37 ans, le Camerounais évoque l’idée d’évoluer dans notre pays un jour. « J’ai connu les trois autres grands championnats. Je n’ai pas connu le championnat français mais bon, je ne suis pas non plus obsédé en me disant : « je veux jouer en France ». Si cela se fait, ce sera quelque chose de bien. Si cela ne se fait pas, eh bien je continuerai à être heureux et à supporter mon Paris-Saint-Germain », a déclaré Samuel Eto’o dans un entretien accordé à RFI.

Media3710 1000x600 LiveStream ENG 

ETO’O : « LA FRANCE EST UN PAYS DE RÉFÉRENCE »

Relancé à propos de son envie de jouer en France, l’ancien international camerounais n’a pas fermé la porte : « Pour nous, Camerounais, Africains et Francophones, la France est un pays de référence, a répondu l’ancien joueur du Barça et de l’Inter Milan. Chaque fois, quand vous dites à quelqu’un : « je vais en Europe », la première pensée est de dire, en France. Plus jeune, c’était un rêve que j’avais d’évoluer en France. Cela ne s’est pas fait. Si cette occasion se présente, je serais là, sinon je serais toujours heureux ».

ETO’O : « LE PLUS IMPORTANT POUR MOI ? CONTINUER À JOUER »

Quant à savoir le club sous les couleurs duquel on pourrait le voir en France, Samuel Eto’o préserve tout le suspense. L’OGC Nice ? « On verra bien », se contente de répondre le double vainqueur de la CAN. Le Paris Saint-Germain ? Le buteur botte là encore en touche : « Je suis déjà supporter du PSG. Je ne sais pas si cela se fera, avant la fin de ma carrière mais le plus important pour moi, c’est de continuer à jouer, marquer des buts et prendre du plaisir ». Une seule chose est sûre : si Samuel Eto’o joue un jour en France, ce sera en Ligue 1. « Parce que mon objectif premier est de jouer en première division », conclut celui qui dit vouloir jouer encore deux saisons.

mercato365.com.

Si vous avez aimé cet article,

likez et partagez.

Le Cameroun n’est peut-être pas qualifié pour la Coupe du monde de football (CDM) prévue en Russie en juin 2018, mais le pays jouera un rôle dans la compétition à travers sa compagnie aérienne Camair-Co. En effet, la Cameroon Airlines Corporation a été retenue comme agent commercial pour la vente des packages d’Hospitalité, qui incluent l’hébergement, les tickets de stade pour suivre les matchs, l’obtention du visa et d’autres services.

Annonce faite jeudi 15 mars dernier, par Ernest Dikoum, directeur général de l’entreprise, lors d’une conférence de presse à Douala.

Camair-Co, qui détient l’exclusivité dans la région Afrique centrale, couvre le Cameroun, le Gabon, la Guinée équatoriale et la République Démocratique du Congo. C’est le résultat d’une collaboration avec le Groupe Mondial Tours, agence de voyages et de tourisme basée en Guinée.

Mondial Tours qui est la première entreprise africaine à pouvoir assurer la vente et la commercialisation des packages d’Hospitalité pour une Coupe du monde sur le continent noir. Grâce à un partenariat avec l’opérateur Match Hospitality, détenteur exclusif des droits liés à l’hospitalité de la CDM jusqu’en 2022.

Cette nouvelle fonction d’agent commercial est primordiale pour Ernest Dikoum. C’est la concrétisation d’une volonté de la compagnie aérienne nationale de développer les métiers de service, au-delà de son activité principale de transporteur. « Bientôt, nous organiserons par exemple des évènements culturels sur d’autres marchés et avec des partenaires afin de mettre en avant le Cameroun. »

Le Bled Parle

les Noyaux photos: Gontran ELOUNDOU

Divers

Les Noyaux: c'est le nom que l'on donne à cette friandise dont personne ne connait le secret de fabrication mais que l’on mange et qui est de plus en plus consommé par le grand public. Jeunes, vieux, filles et garçons, les noyaux sont le petit caprice que l'on s'offre et dont tout le monde raffole. Petit à petit, l'habitude s'est installée et les noyaux sont désormais le met incontournable qui accompagne les sorties des jeunes des Capitales du Cameroun.

Lorsque vous demandez de quoi est composée cette délicate friandise, et comment la cuisine-t-on ? La réponse que vous recevrez ne sera jamais à la hauteur de vos attentes, vous saurez juste qu’il s'agit d'une saucisse de viande bœuf miniature dont le nom Noyaux est tiré de la ressemblance qui existe entre ce petit "en-cas" et les bourses des hommes (testicules).

Au Cameroun c'est désormais un vrai business qui génère des centaines d'emplois. Partout dans les grandes villes tels que Yaoundé et Douala l'on peut entendre le cri strident d'un vendeur de Noyaux, reconnaissable à son seau chauffant ou thermos qu'il tient à la main, et qui vous interpelle drôlement: "chaud-chaud Noyaux noyaux" ou encore "vous voulez?". Comment y résister quand on a déjà goûté.

Les noyaux se consomment à tout moment, avec ou sans pain, pendant un apéro, dans un bar ou une terrasse, de jour comme de nuit, en attendant le taxi, en faisant ses courses il suffit d'être patient et vous verrez un vendeur de Noyaux très motivé venir vers vous. Moment de joie, moment unique, moment de dégustation qui pourrait se transformer en véritable addiction.

A cet effet, tout le monde à une bonne raison d'en consommer par exemple, les grands consommateurs de bière vous diront que cela réveille un peu quand on est déjà saoul, car c'est son piment qui en est le secret (lol). Les jeunes femmes quand à elle en consomme beaucoup aussi prétextant que cela coupe directement la fringale (petite famine passagère) et qu'ils sont tout de même économiques parce que à la porté de tous. Ceux ci sont couverts contrairement à beaucoup d'autres nourritures ambulantes tels que les "Lefombos", ou ses cousins « soya » et toutes les autres saucisses vendues dans les plateaux.  Rappelons que un noyau vous coutera 100 FCFA. Par ailleurs, une jeune fille nous a même confié secrètement que en croquant dans celui ci elle se venge un peu de la gente masculine qui l'a fait tant souffrir ("comprenneur" comprend). 

Si le secret de Fabrication reste peu connu, la popularité de ce met camerounais ne cesse de croître. L’on ne saurait véritablement situer l'apparition du premier Noyau mais cela pourrait remonter à 7 ans déjà, ce qui est une véritable réussite économique, mais surtout un met faisant désormais partie de la culture culinaire populaire camerounaise. Certains les boudent encore prétextant qu'ils seraient à l'origine de crise gastrique ou maux de ventre mais d'autres préfèrent ne pas prêter attention à ce discours. En tout cas comme on dit chez nous Au Cameroun, c'est Dieu qui nous garde... On va faire comment?

Denis ELOUNDOU

La nièce de notre légende africaine Nelson Mandela termine une relation amoureuse de manière dramatique.En effet, son partenaire pendant qu’il tapait sur elle, lui a crevé un œil !

Plus d'articles