CAMEROUN/DECES DE MONSEIGNEUR BENOIT BALLA : LE DEPUTE MANDIO REPOND AU CODE ET A MAAHLOX

societe
Typography

La disparition de l’évêque du diocèse de Bafia nous donne l’occasion, une fois de plus d’apprécier la nuisibilité du mauvais usage des réseaux sociaux. Analyse faite des déclarations du collectif des organisations Démocratiques et Patriotiques de la Diaspora Camerounaise (CODE) et de celles de Kenfack Jean Jules alias  Maahlox

 

Indignation collective :

La disparition brutale de Monseigneur  Jean Marie Benoit Balla, évêque du diocèse de Bafia nous donne l’occasion, une fois de plus d’apprécier la nuisibilité du mauvais usage des réseaux sociaux mais également d’avoir une nette perception de l’incroyable désuétude morale de notre société où règnent désormais le mensonge, l’insulte, la manipulation, l’invective et l’outrage.

En l’espace de 72 heures, le collectif des organisations Démocratiques et Patriotiques de la Diaspora Camerounaise en abrégé (CODE) a rendu public deux communiqués accusant le président Paul BIYA, chrétien catholique engagé et ancien séminariste  d’être  le commanditaire de « l’assassinat » de l’évêque de Bafia. Ces compatriotes visiblement déséquilibrés et drogués ont tout d’abord affirmés  sans preuves que Mgr Balla a été « abattu  par balles » poursuivant dans cette misérable gymnastique d’enquête-vaudou,  un autre activiste nommé Bodo Nouma, un ancien soldat de 2ème classe déserteur de l’armée, publie : « qu’une fois tué, l’évêque a été transporté nuitamment par un hélicoptère militaire puis jeté dans le fleuve  Sanaga vers EBEBDA et que les riverains auraient entendu le bruit d’un corps qu’on jetait ». Le scénario du film du déserteur de la SEMIL  s’arrête là. MONSIEUR Bodo  Nouma, faisant référence à l’actuel  Pape parle plutôt  de sa sainteté Bénédict en lieu et place du Pape François. Inculte ? Manifestement.

Plus frappant encore il veut faire croire à l’opinion qu’on peut suivre le bruit d’un corps jeté du haut d’un hélicoptère avec le vrombissement du moteur. Ne riez pas ! Dans cette même  veine, un artiste Camerounais, le nommé  Kenfack Jean Jules alias  Maahlox  voulant certainement faire du BUZZ  sur les réseaux sociaux, a cru devoir couvrir l’évêque – défunt d’insanités et d’opprobre en le traitant publiquement « d’imbécile, le cul de ta mère, de chien et de cafard ». Mgr  Balla était un dignitaire de l’Eglise, une autorité morale qui ne mérite pas, même mort, d’être traité avec une telle littérature offensante et déshonorante. Cet artiste – musicien par ses propos injurieux et offensants  s’est rendu coupable de nombreuses infractions consignées  dans notre arsenal juridique (code pénal). A savoir ceux qui ont publié des propos offensants sur la toile sont passibles de poursuites et de peines pénales :

  • Avant qu’on ne retrouve le corps de l’évêque, on pourrait qualifier certains propos :
    • Une fois le corps retrouvé :
  • D’injures publiques
  • Outrages aux Ministres de Culte
  • Atteinte aux mœurs  ou à la morale publique
  • Les cris séditieux  qui sont des grossièretés proférées au public
  • Outrage à la mémoire  d’un mort etc.  il est constant que pour les attaques dirigées contre le chef de l’Etat,  il y a de l’outrage et des accusations mensongères.
  • On invoquera pour le premier cas les articles 241, 264, 270, 305 al 5 (diffamation à la mémoire d’un mort) et 307 al4 (injures faites au mort  ou à la mémoire d’un mort).

Mgr  Jean  Marie Benoit Balla qui fut un grand serviteur de Dieu, un infatigable  défenseur de la morale publique  ne mérite pas de telles insultes à sa mort. J’exhorte donc les différents Ministres de la justice, des postes et télécommunications et de la culture à prendre leurs responsabilités face à de tels dérives graves.

Peter William Mandio
Journaliste
Ancien Maire
Député  RDPC du Mbam et Inoubou