CAMEROUN : UN MILITAIRE DU BIR ASSASSINE DEUX FEMMES A DOUALA

societe
Typography

Dans la nuit du 27 au 28 avril Le soldat de 2ème Classe Winga Goulotte Daniel a poignardé et tué sur le champ deux filles de joie venues à la rescousse de l'une de leurs camarades avec qui il venait d'avoir des relations intimes.

Le capitaine Anaba Onana Alain Raoul, les soldats de 2ème Classe Nkoa Ferdinand et Wang Namou, n'ont eu la vie sauve dans la nuit du 27 au 28 avril dernier que grâce à une patrouille de police qui passait sur les lieux du drame, où la foule était en passe de les lyncher. La raison ? Quelques heures plus tôt, ils venaient de faciliter la fuite de leur camarade, le 2ème Classe Winga Goulotte Daniel, qui avait assassiné deux jeunes femmes et blessé grièvement une autre.
Après une mission d'escorte à bord d'un navire parti du port de Limbé dans la région du Sud-Ouest pour Douala, les quatre militaires sont allés « prendre du bon temps » dans un quartier populeux de la capitale économique dénommé "Carrefour Elf" qui est réputé dans cette ville pour être un lieu de grande débauche, où l'on trouve dans la nuit des prostituées de tous âges (de 10 ans à plus de 70 ans) et de toutes les qualités (femmes enceintes, femmes mariées, cinglées, mongoliennes…). La misère fait des choses sous ces cieux infernaux, soit dit en passant. 
Après avoir pris une bonne cuite alcoolisée, le soldat Winga Goulotte Daniel embarquera une fille de joie à trois heures du matin, pour assouvir des besoins …intimes, en échange de 1000 francs Cfa (environ 1,6 USD). Seulement, au moment de payer la partie de jambes en l'air, il remet à sa "dulcinée" un billet de 10.000 (16 USD). A charge pour cette dernière de faire la monnaie et de lui remettre la différence. Celle-ci, ne pouvant se déplacer, confie à l'aubergiste qui les avait accueillis le soin d'aller faire la monnaie. Le temps passe, point d'aubergiste à l'horizon. La fille de joie commence à perdre patience, parce qu'elle est en train de perdre de potentiels clients, alors que le jour va bientôt se lever, ce qui est synonyme de "cessation d'activités". Si seulement le client l'avait prévenu qu'il avait un "gros billet". Elle veut donc partir, à la recherche de l'aubergiste parti chercher la monnaie. Mais le client-soldat ou soldat-client ne veut pas l'entendre de cette oreille, craignant que la "fille de mauvaise vie" n'en profite pour fondre dans la nature...avec son argent. Eclats de voix. Des filles de joie accourent pour secourir leur camarade. Des noms d'oiseaux volent. Le militaire sort son épée de dotation et poignarde ses "agresseuses", dont l'une enceinte de 8 mois et demi. Sa propre "cliente" s'en sort avec des blessures graves et les doigts de la main tranchés. 
Quand ses camarades le rejoignent sur les lieux de l'esclandre où deux femmes gisent sur le carreau, ils ont le réflexe de le faire disparaître avant que le pire se produise. Ce que la population ameutée  n'a pas pu digérer….
LIRE LA SUITE ICI