CRISE ANGLOPHONE : « L’ONU EST POUR LA LIBERATION DES HORS-LA LOI

societe
Typography

« L’ONU encourage le dialogue ». Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique centrale, en visite officielle au Cameroun, a donné une conférence de presse jeudi à Yaoundé

L’Organisation des Nations unies (ONU), à travers son représentant spécial en Afrique centrale, encourage le gouvernement dans la « poursuite d’un dialogue sincère et constructif ». François Louncény Fall, par ailleurs, chef du Bureau régional des Nation unies pour l’Afrique centrale, était au Cameroun pour une visite officielle la semaine dernière. A l’occasion, il s’est entretenu avec la presse jeudi dernier à Yaoundé. Pour l’institution qu’il représente, « le Cameroun est un pays important au plan stratégique de préservation de la paix en Afrique centrale. Nous ne pouvons rester indifférents face à ce qui se passe dans ce pays », a rappelé le haut fonctionnaire onusien. Son séjour au Cameroun, le second depuis le début de la crise, a été mis à profit pour échanger avec des membres de la société civile, des leaders de l’opposition, certaines personnes interpellées et quelques membres du gouvernement, rapporte Cameroon Tribune.

Sans Détour quant à lui précise que « L’Onu rejette l’offre de fédéralisme du Sdf ». Le représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en Afrique centrale a reconnu avoir rencontré, entre autres acteurs impliqués dans le développement de cette crise, le vice-président du Sdf - le Social democratic front, l’honorable Joshua Oshi qui lui a présenté le projet du principal parti de l’opposition en faveur du retour au fédéralisme au Cameroun. Interpellé par un journaliste sur l’existence des procédures au sein des Nations unies aux fins de sécession ou du retour à la forme fédérale de l’Etat, le chef de l’Unoca - le Bureau des Nations unies pour l’Afrique centrale, a entouré sa réponse du vernis de diplomatie qui masque généralement les déclarations des diplomates, même s’il s’est montré tranché sur la question du retour au fédéralisme que prône le Sdf, et qui a meublé son entretien avec l’honorable Joshua Oshi.

Sources: OMECAM revue de presse du 17 avril 2017