CRISE ANGLOPHONE : L’HONORABLE JEAN MARIE NGA KOUMDA S’EXPRIME

societe
Typography

« La gestion de la crise anglophone a été biaisée dès le départ. On ne gère pas une pareille crise comme si on attrapait un serpent par la queue……. »

Répondant aux questions d’un journaliste du quotidien Emergence au sujet de la crise anglophone qui sévit actuellement au Cameroun  l’ancien député de la Lékié du Rdpc, s’en prend aux services de renseignement camerounais et à l’élite anglophone. Selon lui, les services de renseignements n’ont pas fait leur travail. Sinon comment en arrive-t-on à ce que une organisation soit dotée de tous les emblèmes constitutifs d’un Etat ? (passeport drapeau) cela voudrait dire que la préparation a été faite depuis plusieurs années. L’ancien député accuse alors les services de renseignements camerounais dont il déplore la défaillance et propose d’ailleurs de  remplacer  l’actuel conseil de sécurité en un conseil beaucoup plus compétent ; Pour cela, on doit y inclure des chefs traditionnels et les autorités religieuses .

S’agissant de l’élite anglophone du RDPC ce cadre du Rdpc estime que celle-ci a été désavouée parce qu’elles n’étaient pas les bonnes personnes. Il a d’ailleurs dit à ce propos: « On ne peut pas envoyer le diable au paradis pour essayer de calmer les revendications des anges auprès de Dieu » selon lui le diable n’est pas seulement  celui-là qui a des cornes C’est aussi quelqu’un qui prétend avoir la qualité d’arranger un problème, alors qu’en réalité, il n’a pas le niveau. Selon lui l’absence de cette Elite dans l’environnement anglophone a participé de  l’échec des négociations menées par elles. Sans compter que celles-ci  n’avaient pas mesuré l’ampleur de la situation avant d’engager les négociations.

Pour terminer l’ancien député a indiqué que « la diplomatie est l’unique solution aux revendications des anglophones. Il faut négocier avec les plus farouches adversaires. Il y a des personnes indiquées pour ce genre d’action au Cameroun. On peut les trouver. Il y a toujours des solutions à chaque crise »

sources:Quotidien Emergence N°916 du Jeudi 26 Janvier 2017