Revendication anglophone

societe
Typography

Pari réussi pour le Cameroon Anglophone civil society Consortium organe suprême qui assure la coordination du mouvement de revendication des avocats de la Common Law et des syndicats des enseignants anglophones.

Pour la deuxième fois, la population de la cité capitale du Nord-Ouest respecte à la lettre l’appel aux villes mortes lancé par le Consortium. Bamenda était pratiquement une ville fantôme hier lundi 16 janvier 2017. Boutiques et autre lieux de commerces, agences de voyages interurbains, banques et établissements de micro-finances tous ont fermé. Bien que les portails du marché central, marché des vivres et marché de Nkwen étaient ouverts, les commerçants ont brillé par leur absence. Pas de circulation de motos ni de véhicules de couleur jaune dans les rues.

  Certaines rues étaient des terrains de football en l’absence de leurs usagers habituels. Pendant toute la journée la cité capitale du Nord-Ouest présentait une mine de cimetière. Un calme qui traduisait l’arrêt des activités dans cette ville où l’essentiel tourne autour du commerce. Tout est désert. Néanmoins on pouvait observer la présence des forces de l’ordre à quelques carrefours et places stratégiques

En effet,en déclarant les « lundi 16 et mardi 17 janvier 2017 journées villes mortes dans toute la partie occidentale du Cameroun (de 6h à 18h) » le consortium motivait cet appel par le souci de ses membres «de protester contre les fusillades continuelles, les arrestations arbitraires et la mutilation de notre peuple par la police et la gendarmerie du Cameroun ». Le dernier acte posé par les forces de l’ordre étant dans la nuit de vendredi 13 à samedi 14 janvier 2017 « Alors que les enseignants se préparaient d’éduquer le public ce 14 janvier 2017 sur les discussions et résolutions prises lors de la rencontre du comité ad-hoc la veille, les éléments de la police et de la gendarmerie se sont démenés comme des fous aux environs de minuit vendredi, tirant sur quatre jeunes garçons non armés et les blessant grièvement » s’accordaient les trois signataires du communiqué du Consortium communiqué (Me Nkongho Félix. A, Dr Fontem. A. Neba et Wilfred Tassang). La population a respectée cet appel scrupuleusement.