Cameroun/Révélations: Mgr Bala a été trahi par l’archevêque de Yaoundé.

Au quotidien
Typography

L’affaire Mgr Bala est loin de connaitre un épilogue ! En dehors de la décision des évêques du Cameroun de porter plainte contre X pour l’ « assassinat de Mgr Jean Marie benoît Bala », de nouvelles révélations sur le décès du prélat laisseraient présager des heures sombres à venir pour l’église catholique camerounaise.


Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, le président du Mouvement Camerounais pour la Sociale Démocratie, Vincent Sosthène Fouda vient d’annoncer qu’il disposerait des preuves qui impliquent l’archevêque de Yaoundé Mgr Mbarga dans l’assassinat de l’évêque de Bafia Mgr Benoit Bala.
Selon Vincent Sosthène, Mgr Jean Marie Bala aurait été trahi par l’archevêque de Yaoundé dont l’archidiocèse serait le seul aujourd’hui à être opposé à ce que lumière soit faite sur les circonstances du décès de l’évêque avant son inhumation.

Comme preuve de ce qu’il avance, le leader du MCPSD fait certaines révélations sur les dernières les dernières heures du prélat. 

« Au soir du 30 mai, un parent de Mgr Bala a essayé de joindre le prélat aux alentours de 23 h alors que ce dernier était entre les mains de ceux qui l’avaient pris en otage. Mgr Bala a juste répondu ‘Je te rappelle plus tard’. Le lendemain matin à 6 h, c’est –à dire le 31 mai, comme le parent en question n’avait toujours pas des nouvelles de l’évêque, il a contacté l’archevêque de Yaoundé Mgr Mbarga pour lui signifier qu’il avait du mal à son joindre Mgr Bala depuis la veille. L’archevêque de Yaoundé a répondu au parent ‘je te rappelle tout de suite’. Dix minutes plus tard, Mgr Mbarga a rappelé le parent en question et lui a dit ‘il va bien, il va te rappeler’ » raconte-t-il dans sa vidéo. 

Pour Vincent Sothène Fouda, cette dernière conversation ainsi que plusieurs autres aspects non élucidés des circonstances du décès de Mgr Bala mettraient en cause l’archevêque de Yaoundé Mgr Mbarga.

Avant ces révélations, certains médias locaux évoquaient déjà une dissonance entre les autorités religieuses par rapport à l’attitude à adopter vis-à-vis des autorités judiciaires camerounaises....lire la suite