Kumba cameroun

Le rapt de ce mardi 20 novembre 2018 dans la région du Sud-Ouest est l’un des plus importants kidnappings dans cette zone depuis le début de la crise anglophone.

« Plus de quinze élèves et le principal de Lord’s Bilingual Academy de Kumba ont été enlevés ce mardi en mi-journée », nous révèle sous l’anonymat un enseignant dudit collège. Notre source souligne que des personnes armées sont arrivées au collège et sont reparties avec les élèves et leur encadreur.

Des sources auprès des services du gouverneur de la région du Sud-Ouest confirment cet enlèvement. « Des élèves ont été enlevés mais nous n’avons pas le nombre exacte des personnes enlevées. Nous allons faire le point après. Pour le moment, les forces de défense et de sécurité sont mobilisées pour retrouver et libérer les otages sains et saufs », informe notre source auprès des services du gouverneur du Sud-Ouest.

Les auteurs de ce kidnapping d’envergure n’ont pas encore été identifiés. Selon des sources militaires du Sud-Ouest, il s’agit « probablement » d’un groupe armé du mouvement sécessionniste.

Il faut rappeler que ce type d’enlèvement de masse d’élèves n’est pas nouveau dans ces deux régions en crise. Au moins 81 personnes, dont 79 élèves, avaient été enlevées dans la nuit de dimanche 4 à lundi 5 novembre 2018 sur le campus du Collège presbytérien de Nkwen dans la ville de Bamenda (région du Nord-Ouest). Les 79 élèves et quelques encadreurs avaient été retrouvés le 7 novembre près de Bafut.

 source: ActuCameroun

 

Paroles de Hanson Ndiforti. C'était le 31 octobre dernier à Yaoundé, lors de la présentation du "Rapport Planète vivante 2018" du Fonds mondial pour la nature ( Wwf).

"La planète court à sa perte ". Voilà, l'essentiel à retenir de la présentation du rapport de Wwf, sur la situation de la biodiversité du monde. Aussi, Hanson Ndiforti le directeur pays de cette mastodonte d'Ong, invite-il tous les protagonistes, à veiller à la préservation de la nature.

pangolin

Selon le rapport présenté à la presse à Yaoundé, de 1970 à 2014, la biodiversité a été altérée à hauteur de 70%. Chose due selon le document, à la quête effrénée du bien-être qui caractérise les êtres humains. Concrètement, fait savoir Hanson, il s'agit notamment, de: la surexploitation, l'agriculture industrielle. La dernière cause citée, est seule , responsable de 3/4 de la pollution totale du monde. Mise aussi aux bancs des accusés, la demande toujours grandissante, de l'énergie et de la terre par l'Homme. Facteurs qui tous à en croire le rapport 2018 de Wwf, conduisent à de violations graves de la nature.

publicité yapee 2

"Nous sommes là pour redresser la situation. Il n'y a plus de pangolins à l'Est (région de l'Est Cameroun, Ndlr). Les gens tout tué et mangé. Ces pangolins n'ont pas disparu d'eux-mêmes. La population augmente, et se pose ensuite la question de comment la nourrir ", s'en est inquiété le directeur Cameroun de Wwf. Et d'inviter les pouvoirs publics du Cameroun en particulier, et du monde entier en général, à prendre des mesures appropriées pour stopper la dégradation de la biodiversité. Pour Hanson Ndiforti, il faut non seulement préserver les forêts, mais aussi, interdire l'extermination des oiseaux et des animaux. Sur ce volet, il cite par exemple, le braconnage des éléphants qui selon lui, jouent pourtant un grand rôle dans la chaîne de propagation de l'arbre appelé moabi, sans oublier les grands singes qui cassent des branches d'arbres porteuses de nourriture pour des animaux non grimpeurs.

"Nous n'avons fondamentalement rien contre les plantations industrielles. Mais nous souhaitons qu'elles s'arriment aux normes de préservation de la nature. Certaines exploitations industrielles utilisent malheureusement des pesticides très nocifs et interdits ", a enfin décrié, le directeur Cameroun de Wwf.

Vivement qu'à la recherche du bien-être et du bonheur, tous, se soucient de la préservation de la nature et de la biodiversité. Le danger est là. La vie, la terre est menacée !

Camer.be.

Mine d'or Gabon

Selon plusieurs sources, les sites d’or du village de Nzinzi, situé à 11km de Malinga, dans le département de la Louetsi-Bibaka, dans la province de la Ngounié, serait victime d’une spoliation abusive orchestrée par orpailleurs venus de plusieurs pays de la sous-région. Un constat établi par plusieurs plaintes venant des ONG’s et des riverains de cette localité qui en ont plus qu’assez des intrusions des forces armées, venant des pays frontaliers.

Silence complice ou silence craintif, nul ne sait. Quelques jours auparavant déjà, le journal Le Mbandja, portait à la connaissance de tous, l’exploitation délictuelle par les forces armées venues du Congo Brazzaville, de l’or de Youkou, dans le département de la Zadie (Ogooué-Ivindo). Informées, les autorités locales, par la voix du ministre de l’Intérieur, mis sous pression par les sénateurs, «avait mensongèrement démenti cette information, mais s’était bien gardé d’inviter les sénateurs et les journalistes à se rendre sur le site, pour vérifier si le journal avait menti ou dit la vérité», rapporte l’hebdomadaire.

Faute d’avoir dissuadé «ces voleurs d’or», d’autres se sont empressés de prendre en grippe le site d’or du village Nzinzi. Cette situation durerait déjà depuis plusieurs mois, selon Marc Ona, secrétaire exécutif de l’ONG de Brainforest. «Depuis bientôt trois mois, les forêts de Malinga ont été envahies par de ressortissants des pays voisins (Congo Brazzaville, Congo Kinshasa, Rwanda, Tchad et Cameroun) sous la barbe des autorités administratives de la localité», alerte-t-il. À leur tour, ils dépouillent impunément le pays de son or, inquiétant ainsi les populations, qui craignent le retour de bâton de cette «ruée brutale vers l’or, des villages Nzinzi et Moukouagna», a ajouté Marc Ona Essang

Apeurés, abasourdis et éreintés par les intrusions abusives, les populations de ce village, qui ne compte que 80 âmes, ont entamé des démarches auprès des organisations de la Ces derniers dénoncent non seulement l’utilisation de la violence contre les villageois réfractaires et un poids deux mesures. «Les gabonais n’ont pas le droit d’exploiter cet or, mais à moins de 3 kilomètres de Ndzindi il y’a plus de 600.000 personnes, retranchés dans un camp, entrées grâce à la complicité de la gendarmerie qui exploitent notre or en toute impunité et se permettent même de tuer des éléphants», a confié Casimir Ndengue, ressortissant dudit village.

gabonmediatime.com.

Quelque 160.000 personnes ont dû fuir leur logement dans les régions anglophones du Cameroun en raison des violences liées au séparatisme anglophone, a indiqué mardi l'ONU dans un communiqué.

Quelque 160.000 personnes ont dû fuir leur logement dans les régions anglophones du Cameroun en raison des violences liées au séparatisme anglophone, a indiqué mardi l'ONU dans un communiqué de son Bureau de coordination des Affaires humanitaires (Ocha).

C'est la première fois qu'une estimation du nombre de déplacés est effectuée depuis le début de la crise n 2016, en raison d'un accès difficile aux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, les deux régions anglophones du pays en proie à cette profonde crise socio-politique.

"La majorité des déplacés a fui dans la brousse avec peu pour survivre. D'autres sont hébergés par des communautés locales qui font également face à des conditions de vie défavorables", indique le communiqué de l'Ocha.

Outre ces 160.000 déplacés, 34.000 personnes ont trouvé refuge au Nigeria voisin dans l'Etat de Cross River, selon l'agence nigériane de gestion des urgences (Sema).

Selon des témoignages recueillis par l'AFP au Nigeria, les Camerounais traversent la frontière à pied, dans des zones montagneuses et de forêt dense très peu accessibles du fait du manque de routes, rendant difficile leur enregistrement.

Comme dans tout scénario de conflit armé, la population civile paie les conséquences de la violence, de l'insécurité et de la peur", expliquait en avril à l'AFP Alberto Jodra Marcos, chef de mission de l'ONG Médecins Sans Frontières-Suisse au Cameroun. Aux Nord-Ouest et Sud-Ouest, les combats sont devenus quasi-quotidiens entre les forces de sécurité camerounaises, déployées en force par Yaoundé, et des hommes armés se réclamant de "forces de restauration" d'un Etat anglophone, qui avait éphémèrement vu le jour entre les deux guerres mondiales, sous mandat britannique.   Vendredi, un homme a été enlevé par des hommes armés à Widikum (Nord-Ouest), de sources concordantes. "Il travaillait le lundi, alors que c'est un jour décrété « ville morte » par les séparatistes", selon une source pastorale à l'AFP.

Des affrontements ont eu lieu à Bafut (Nord-Ouest) le 11, et à Yo-Ke (Sud-Ouest) le 12, sans faire de victime recensée, selon des sources concordantes. Selon le centre de réexion International Crisis Group (ICG), "au moins 120" civils et "au moins 43" forces de sécurité" ont été tués depuis n 2016. Le bilan côté séparatistes reste inconnu.

Les séparatistes sont accusés de multiples enlèvements de fonctionnaires et autres Camerounais francophones, tandis que l'armée est taxée d'exactions et de brûler des habitations. Nous ne brûlons que les maisons où on découvre des armes", se défendait n avril à l'AFP l'armée, qui réfute les accusations d'exactions..

cameroon-info.net.

Gaston KELMAN dans son ouvrage je suis noir mais je n’aime pas le manioc nous rappelle déjà le mal-être du noir né en France et qui se sent Français car il ne connaîtRein de l’Afrique, mais sait tout de la France. Le malaise de ce noir qui est enfermé par sa couleur de peau dans un florilège de préjugé qui le condamne à être un consommateur de mafé de siep bboudjen ou encore de Ndolè. C’est ce malaise dans lequel sont désormais enfermées tous les blacks de l’équipe de France, qui après le succès époustouflant des bleus en coupe du monde sont exposés à une lapidation raciale de leurs « frères noirs » qui dénoncent une humiliation pour l’Afrique voit une trahison. Comment faire comprendre aux Africains un phénomène qui n’est pas une première pour les Africains ? Les noirs de France (Europe) sont-ils des Africains ? Faut-il parler de trahison quand on sait que jouer pour l’Afrique est un véritable chemin de croix pour certains, et une véritable erreur professionnelle pour d’autres.

Après que la colonisation ait déporté les Africains les plus virils vers les plantations Américaines, et que la Seconde Guerre mondiale usa des tirailleurs africains comme soldat de première ligne, faut-il encore espérer que l’Occident ne considère pas l’Afrique comme ce véritable vivier de matières premières, une matière qui va au-delà des richesses et ressources matériels naturelles, pour désormais rechercher aussi cette matière première sur le plan humain. Au nom du rayonnement diplomatique d’un État fut-ce-t-il pour un sport tel que le Football, faire briller le drapeau au firmament des nations demande que l'on fasse l’impasse sur les origines ou la couleur de peau comme élément déterminant de la nationalité. Ils sont Pogba, Ngolo Kanté, Mbappè, Oum Titi, Cisse, Sakho, tous français nées ou non sur le territoire.

Assurer une véritable carrière professionnelle, voilà une motivation première du footballeur moderne, qui veut simplement s’adonner à sa passion afin que celle-ci soit auréolée de trophées. Une carrière qui n’aurait nullement l’apparence de celle d’un Européen quand on sait comment dans nos fédérations de football, l’amateurisme et l’incompétence prédomine, des scandales se succédant les uns après les autres au sein des équipes nationales africaines. On peut citer ici : la sorcellerie, la corruption, le favoritisme, retards de paiements de toutes sortes, etc. Autant de maux qui n’encourageraient aucun footballeur né ou ayant grandi en Occident. Ceux-ci ne sachant faire qu’une chose, jouer au football.

publicité yapee 2

Renient-ils leur origine ?

Le véritable malaise que vivent les Africains est pourtant le résultat d’une politique nationale de valorisation du drapeau français. Non pas d’un quelconque peuple français. Si transparaissant dans toutes les pratiques politiques d’intégration en France, l’immigration choisie pour la nommée ainsi n’a été véritablement théorisé que sous le président Sarkozy, ce dernier ayant manifesté la volonté pour la France de choisir ailleurs les meilleurs des individus, pouvant devenir les meilleurs des citoyens. Chose qui semble désormais appliquée dans la mesure où la nationalité française pour les étrangers d’origines africaines se mérite. Soit à coups d’escalade à mains nues, ou encore en tapant fort bien dans une balle pour le bon plaisir du monde entier.

. Les joueurs de l’équipe de France bien qu’ils soient d’origines africaines sont désormais des Français intégrés à un système cohérent qui met en place des conditions de développement des capacités intellectuelles et physiques des individus, pensons-nous que la France va nous rendre nos noirs ? bien sûr que non elle les forme désormais et en fait des citoyens. Voilà qui offusqueront encore ces chers Africains qui continuent de s’émouvoir quand les principes sentimentaux sont transcendés par une trop grande rationalité.

Gontran Eloundou

Analyste politique

Si vous avez aimé cet article

Likez et partagez

image d'illustration.

Originaire de la Côte d’Ivoire, un pasteur évangélique officiant dans une église de Colombes en France, a été mis en examen pour viols sur quatre femmes âgées de 20 à 23 ans, qu'il avait hébergé chez lui.

Après son arrestation pour cas de viols, le pasteur évangélique d’origine ivoirienne fondateur de sa propre église a été mis en examen et placé en détention provisoire. À peine les investigations sur le dossier lancées par le parquet de Nanterre, révèle Le Parisien que déjà trois victimes des frasques de l’Homme de Dieu ont été identifiées. L’enquête, selon le confrère, a débuté il y a une dizaine de jours, après qu’une jeune femme a déposé plainte à Courbevoie. Selon cette dernière, c’est entre 2013 et 2016, qu’elle a été victime de « viols répétés », selon un proche du dossier. La victime en question était hébergée chez le pasteur à Colombes. Et, ce serait sur recommandation de Dieu, qu’elle se serait offerte à l’Homme de Dieu. « Originaire de Côte d’Ivoire, l’intéressé se présente presque comme né d’un miracle, touché par la grâce depuis sa naissance », peut-on sur le site.  Après avoir interrogé une première plaignante, la Sûreté territoriale des Hauts-de-Seine a découvert que d’autres femmes vivaient sous le même toit que le pasteur. À en croire, certaines des victimes interrogées, le pasteur aurait une grande emprise sur ses fidèles. Ce qui les aurait découragées toutes de porter plainte beaucoup plus tôt. Depuis lundi dernier, les enquêteurs ont arrêté le pasteur et l’ont placé en garde à vue. Il devra y rester jusqu’à sa présentation à un juge et sa mise en examen en fin de semaine.

linfodrome.com.

CMR: DES JOURNALISTES RÉCLAMENT LA LIBÉRATION DES REPORTERS DÉTENUS

Le syndicat national des journalistes camerounais (SNJC), a réclamé jeudi la "libération inconditionnelle" des journalistes anglophones détenus, à l'occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, dans une déclaration. Des journalistes réclament la libération de leurs confrères "Le SNJC demande la libération inconditionnelle de tous les journalistes anglophones injustement incarcérés", a lu le président de l’organisation, Denis Nkwebo, dans sa déclaration. Depuis 2016, les régions du Nord-ouest et Sud-ouest, les deux régions anglophones du Cameroun traversent une crise sociopolitique. Après le déclenchement de cette crise, des journalistes ont été interpellés pour leur présumé rôle dans les violences survenues dans les régions anglophones camerounaises, entre novembre et décembre 2016. "Nous avons été à l’œuvre pour la libération des journalistes incarcérés", a ajouté M. Nkwebo précisant que "six ont été libérés (tandis que) d'autres sont encore en prison". "En tout état de cause, quelles que soient les procédures judiciaires en cours", le SNJC demande "la clémence et la grâce présidentielle pour Awah Thomas et Mancho Bibixy", poursuivis par le tribunal militaire. Des journalistes dont Bibixy, encore en prison Bibixy, l'une des gures de la contestation anglophone, a été arrêté le 30 novembre 2016, à Bamenda (Nord-ouest, épicentre de la crise anglophone), après avoir conduit une manifestation, dans un cercueil au cours d'une marche, le 28 novembre ainsi que d’autres activistes. Incarcérés depuis lors, à la prison centrale de Yaoundé, ils n’avaient pas bénéficié de l’arrêt des poursuites décidé par le président, Paul Biya le 29 août 2017, contre certaines personnes inculpées pour leur présumé rôle dans les violences survenues dans le Nord-ouest et le Sud-ouest, dans la même période. Le 26 avril, Mancho Bibixy dont le procès reprendre le 8 mai, a été déclaré "coupable d’actes de terrorisme, sécession, insurrection, outrage aux corps constitués et fonctionnaires, hostilités contre la patrie."  

afrique-sur7.fr