Cameroun/Bafoussam : vol et agression à la machette dans le domicile familial d’Adolphe Teikeu

Adolphe Teikeu

faits divers
Typography

Samedi 3 juin 2017, aux environs de 21 h qu’un groupes d’hommes se faisant passer pour des journalistes investissent le domicile du  joueur Camerounais Adolphe Teikeu et emportent une importante somme d’argent.

Deux jours après le passage du joueur camerounais dans sa ville natale, la famille de Tiekeu a vécu une scène d’agression dont elle se serait passée. «Les bandits se sont dit qu'il a dû laisser beaucoup d'argent à sa maman », indique un habitant du quartier. Une fois que les portes leur ont été ouvertes et qu’ils se soient installés, les hommes dévoilent la vraie nature de leur projet et tiennent en respect toute la famille avec des machettes. Ils exigent de l’argent. La maman va céder à la panique et le leur donner. La somme exacte n’a pas été révélée mais ce serait « beaucoup d’argent », « des centaines de mille ».

Apparemment cela n’a pas suffit à calmer l’avidité des voleurs. C’est pourquoi, Enervés, ceux-ci ont alors la bonne idée de prolonger leur descente juste à côté, chez Valeri Kameni le frère aîné d'Adolphe Teikeu. Ce dernier tient un débit de boisson à côté de la maison familiale qu'il a rénové et rebaptisé poste 4 en référence au numéro qu'abhorre son frère sur le terrain. Le grand frère ne se laisse pas faire. Il s'interpose vigoureusement et se prend des coups de machettes à la tête et au bras. Néanmoins, l'homme parvient à ameuter le quartier et à provoquer la fuite des brigands.

Une semaine après cette violente confrontation, il porte un pansement au bras et des traces de machettes sont visibles sur sa tête. Mais l'homme ne veut pas s'étendre sur cet acte crapuleux de peur que cela ne nuise à la concentration d'Adolphe, qui dispute la Coupe des Confédération avec les Lions Indomptables dès ce 17 juin en Russie.

C'est d'ailleurs la posture de toute la famille qui préfère gérer ce drame en interne tout en suivant la plainte introduite auprès des autorités compétentes.

Aux dernières nouvelles, deux jeunes gens auraient été interpellés dans le cadre de cette enquête mais ils n'auraient pris qu'une part marginale dans l'attaque.

Ils sont actuellement « exploités » pour remonter aux vrais acteurs.Dans l'intervalle, les Teikeu se sont quelque peu fermés et les journalistes ne sont plus les bienvenus à la maison. On peut les comprendre.

 Sources:allafrica