Cameroun – faits divers: Un conseiller municipal de Garoua 3e reçoit 120 coups de fouet

image illustrative

faits divers
Typography

Dans l’entourage du lamido de Tchéboa présumé instigateur de cette punition, on crie à la manipulation.

L’affaire a fait grand bruit dans les salons feutrés de Garoua. En fin de semaine dernière, Elkana Passo, conseiller municipal de la commune de Garoua 3e et originaire de la localité du Mayo Daddi, a reçu près de 120 coups de fouet des Dogaris du lamido de Tchéboa, Moussa Aboubakary. Immédiatement après que l’information a été rendue publique, les partisans du lamido ont aussitôt mis en place une stratégie pour démentir la nouvelle. La victime, Elkana Passo, est restée injoignable durant tout le weekend.
Dans son entourage, on a tout simplement indiqué qu’il ne souhaitait pas évoquer cette question publiquement. «En fait, Elkana Passo a une vielle plainte contre lui au lamidat de Tchéboa. Il est poursuivi par un sujet du lamido qui l’accuse d’avoir enlevé sa femme. Le lamido a reçu l’affaire et fait convoquer Elkana Passo qui a refusé de répondre à sa convocation au motif qu’il est sous l’autorité du lamido de Djalingo et que le lamido de Tchéboa n’est pas compétent pour le convoquer.
Il a même répondu en des termes un peu injurieux à l’endroit du lamido de Tchéboa. Il se trouve qu’en fin de semaine dernière, il s’est rendu à Ngong pour se faire établir une carte nationale d’identité. Une fois sur place, son accusateur l’a aperçu et a immédiatement signalé au lamido qu’il est dans la ville. Le lamido a alors demandé à ses Dogaris de le faire venir au lamidat. Une fois sur place au lamidat, il a encore indiqué au lamido qu’il n’avait pas à respecter ses ordres parce qu’il doit répondre au lawan de Djalingo.
Selon nos sources, il aurait tenu des propos méprisants au lamido et c’est à ce moment qu’il a été fouetté par les dogaris», témoigne le camarade politique d’Elkana Passo, également conseiller municipal. Ce dernier ajoute même que l’intéressé a séjourné brièvement à l’hôpital régional de Garoua à la suite de cet incident. Si cette version des faits est confirmée par plusieurs personnes dans l’entourage de la victime, d’autres à l’instar du maire de Garoua 3e, Laïmani Hamidou et surtout l’entourage du lamido estiment que l’histoire est montée de toute pièce.
Joint au téléphone, le maire a indiqué qu’il n’était pas dans la ville au moment où les faits sont supposés avoir eu lieu, mais a confirmé qu’il ne s’est rien passé. «Quand je suis rentré (Samedi 7 avril, Ndlr), j’ai immédiatement joint le concerné (Elkana Passo) au téléphone qui m’a confirmé qu’il est chez lui et qu’il se porte bien. Je crois qu’il ne s’agit que de rumeurs, je ne comprends pas 

237 Online