Cameroun- Yaoundé: une femme marche nue à Oyom-Abang.

faits divers
Typography

Apres avoir garé son véhicule, elle s’est déshabillée  ne laissant sur elle qu’un string qui cachait mal ses atouts. Son chapelet en main, elle a remonté le carrefour Tsimi jusqu’au lieu-dit Mongo Nnam

Très vite, un attroupement s’est formé. Parmi les badauds certains l’insultaient tandis que d’autres, plus curieux ne purent s’empêcher de lui poser quelques questions. La jeune dame âgée d’une trentaine d’années est restée imperturbable et a rétorqué « je ne suis pas née pour mourir pauvre, c’est vous qui voulez rester pauvres, pas moi. »

La question lui fut posée : « es-tu entrée dans une secte ? »

Elle : « oui et alors ? »

Arrivée au lieu-dit laverie Mbia, un curieux lui a demandé d’enlever son string, ce qu’elle s’empressa de faire. S’en alors suivit une exhibition à nulle autre pareille qui pourrait faire pâlir de jalousie les amateurs de films pornographiques.

Cette scène a choqué plusieurs femmes dans la foule. Celles-ci s’insurgeant contre cela en argumentait que cette attitude éclaboussait toute la gente féminine.

Enfin les plus avisés semblaient reconnaître en cette dame l’épouse du petit frère d’un monsieur propriétaire du garage situé à l’entrée de l’église presbytérienne vers le carrefour Tsimi.

Malheureusement, ce type d’évènement n’est pas un cas isolé, plusieurs camerounais optent désormais pour la facilité, ce qu’on appelle communément : « le vivre heureux et mourir jeune ». Ceci marque le déclin d’une société où les jeunes n’ont plus le goût de l’effort et à cause de leurs ambitions démesurées, ne reculent devant rien et vont jusqu’à vendre leur âme au diable pour bénéficier d’un plaisir éphémère.

MERGEM Sources: camer.be