Cameroun: Des soldats de la marine détournent un pétrolier.

societe
Typography

Des soldats camerounais impliqués dans la séquestration de 26 marins étrangers, suite à une dispute entre un homme d’affaires camerounais et une compagnie maritime Singapourienne.

Un navire sous pavillon singapourien avec 26 membres d’équipage à bord a été détourné du Cameroun,  à la suite d’un différend commercial, a-t-on appris ce dimanche 3 février.

C’est la compagnie de transport maritime Eastern Pacific Shipping « EPS », propriétaire du navire, qui l’a fait savoir à travers un communiqué de la direction. Eastern Pacific Shipping est un géant du transport maritime basé à Singapour.

Le navire a été saisi par des hommes  « armés de mitraillettes AK-47 » à la raffinerie de SONARA à Limbe, dans la région du Sud-Ouest, a annoncé «EPS ». La compagnie a identifié ces hommes comme des soldats de la Marine nationale camerounaise.

« Eastern Pacific Shipping confirme que, lors de l’exécution d’opérations de déchargement standard, son AFRAMAX M / T MERENTS géré a été saisi illégalement par DSC Marine, un affréteur local, et par les forces militaires camerounaises armées de mitraillettes AK-47 dans la raffinerie de SONARA à Limbe, Cameroun », indique le communiqué.

EPS affirme que le Camerounais Jules François Famawa, propriétaire de DSC Marine, « a utilisé des moyens illégitimes pour saisir le navire dans le but de le contraindre à rançonner ses propriétaires, ce qui constitue une violation flagrante du droit camerounais et du droit international ».

publicité yapee 2

« Eastern Pacific Shipping condamne cet acte d’agression non provoquée et demande instamment au gouvernement camerounais de contraindre ses forces de sécurité à libérer immédiatement et en toute sécurité le navire et les 26 membres de l’équipage à bord, conformément au droit international ». Les marins séquestrés sont Turcs Chinois, Indiens, Ukrainiens et Philippins.  EPS assure cependant œuvrer à libérer ces marins et qu’«aucun blessé physique n’a été signalé ».

 

Approchée, l’armée camerounaise n’a pas souhaité commenter l’incident.

 

Lejournalducameroun.