Cameroun: La pornographie désormais au programme à l'école ?

societe
Typography

La pornographie est la « représentation complaisante — à caractère sexuel — de sujets, de détails obscènes, dans une œuvre artistique, littéraire ou cinématographique », cette représentation explicite d'actes sexuels finalisés ayant pour but de susciter de l'excitation sexuelle. (wikipédia)

« L’excellence en science classe de 5e » voila un titre  qui désormais défraie la chronique au Cameroun. Les parents et élèves camerounais découvrent durant la  première semaine de la rentrée  un manuel scolaire pas comme les autres. « L’excellence en science classe de 5e » ce document supposé enseigner les sciences de la vie et de la terre à tendance à mettre en avant des leçons aux textes très imagées, tout du moins un peu trop osé selon certains parents et internautes. Certaines  lois occidentales sur le consentement sexuel ont pour conséquence un apprentissage de la pratique explicite de la sexualité dès l’école primaire. La pilule semble difficile à avaler pour les Africains. Homosexualité, sodomie, fellation, tout y passe. Les sciences de la vie et de la terre (SVT) semblent désormais intégrer la sexualité très explicite. Chose très sensible en Afrique ou la pudeur et la sexualité relèvent encore du domaine du tabou. Des réformes sur l’éducation ont-elles été faites ? Pourquoi seulement en classe de 5e quand on sait que c’est l’âge ou l’on passe de l’enfance à l’adolescence avec son flux d’hormones et de pulsions ?

lexcellence en science 5eme

Sous le sceau des comportements sexuels déviants,

Le contenu du livre « l’excellence en science classe de 5e » surprend un peu. Rappelons qu’en classe de 5e, les élèves sont pour la plupart âgés de 12 ans. Un moment où l’on rentre en pleine puberté. Il y est décrit dans des actes sexuels dits « déviants ». Des textes qui expliqueraient des actes tels «  la fellation », « le cunnilingus », « la sodomie », et même la prostitution « homosexuelle ». Ce nouveau modèle de  pédagogie, portée vers l’éveil des sens et  la curiosité des élèves dans un monde où les mœurs semblent de plus en plus proches des images véhiculées par les films pornographiques. Ici des termes loin d’être savants, sont plutôt issus du champ lexical des films érotiques, voire pornographiques.

Il y a deux ans, au  Cameroun, l’on voyait déjà les rituels orgiaques que pratiquaient certains élèves dans les villes de Bafoussam. Les élèves, soumis aux intempéries de la communication de masse, subissent le flux pornographique qu’offrent internet et la télévision. Avec l’ajout de ces nouvelles notions dans les programmes scolaires, Celles-ci tendent à plonger l’élève dans un état de découverte et de légitimité tacite de pratiques dont beaucoup ignorent encore l’existence en classe de 5eme.  Les comportements sexuels déviants mentionnés, en science de la vie et de la terre ont-ils leur place dans des leçons tels que les Sciences de la Vie et de la Terre (SVT) quand on sait que le sexe est souvent lié à la moralité ?

8952 cameroun des eleves sanctionnes pour des actes deviants

Pourquoi en 5eme et non en terminale (ou sont passés les cours de morale et d’Education à la Vie et à l’Amour)

Les psychologues et conseillers d’orientations ont souvent mentionné la classe de 5e (les 11-14 ans) comme le moment ou les élèves entrent dans la deuxième phase de leur vie. C’est la phase de la puberté, c'est-à-dire de la sexualité, et la découverte de son corps. Si certains ont déjà franchi le pas de la sexualité, beaucoup d’autres pas encore. Pourtant c’est à cet âge hautement sensible, que le système éducatif camerounais choisit pour manuel scolaire un document qui fait de réelles offres de sexualité. Si l’on vient donc ici apprendre aux élèves la sexualité même sous le sceau de la déviance et des interdits, l’on sait bien que mettre des images de cancer sur les paquets de cigarettes n’a jamais diminué le nombre de nouveaux fumeurs.

publicité yapee 2

 

Nous sommes là face à une révolution dans l’enseignement qui peut encourager nos chers élèves (les plus curieux) à des séances de découvertes, de  pratique. Ne dit-on pas que la théorie et la pratique vont de pair . Le programme de Science de la vie et de la terre semble ainsi intégrer les notions lointaines d’éducation à la Vie et à l’Amour (EVA) qui a été abandonné des programmes scolaires. Les cours de morale quant à eux ont été supprimé il y a de cela deux décennies.  Les pédagogues justifient ce document comme étant une alerte, un signal d’alarme face aux déviances sexuelles, n’est ce  pas-là la conséquence de la suppression de ses cours de morale et d’éducation à la Vie et à l’Amour (EVA)?

Dénonciations ou enseignement des comportements sexuels déviants, afin de laisser le soin aux élèves de choisir celles de ces pratiques qui les conviendraient ? En classe de Terminale, principalement dans le programme de philosophie, certaines notions telles que la conscience, la morale ou le libre arbitre sont enseignées. Ne faut-il pas d’abord permettre aux élèves d’intégrer celles-ci, avant d’avoir accès à ces types de connaissances ? les images et documents  explicites jadis réservés aux majeurs (18-21 ans) sont désormais enseignés aux plus jeunes, il serait également légitime d’offrir à ces jeunes élèves les notions de conscience vue qu’il est question ici d’éveillés celles des élèves camerounais. Le subconscient cognitif est-il capable à 12 ans de ne pas vouloir essayer certaines de ces pratiques ?

La morale ici est mise de côté au profit de vérité.

Le sexe doit-il s’enseigner ? Peut-on apprendre aux pieds à marcher ? Ou encore, la bouche a-t-elle besoin  qu’on lui apprenne à manger ? La nature a doté les hommes d’organes sexuels dont le fonctionnement est naturel.  Les organes sexuels sont connus depuis la création de l’homme. Enseigner ce type de comportements peut-il empêcher la pratique celles-ci ? La pratique est elle pour bientôt . Les devoirs seront-ils donnés afin d’inculquer aux enfants la dialectique de la théorie et de la pratique ? La culture Africaine qui demeure très rigide sur les questions de sexualité semble ainsi écorchée. Les parents d'élèves n'ayant pas étés associés à cette initiative ont pris le relais afin de faire interdire ce document qui selon nos observations a disparu des librairies.

Soumettre des élèves à un tel enseignement peut être néfaste tant pour ceux dont la pudeur et la virginité semblent être un idéal, encore plus pour ceux qui ont déjà franchi le pas de la sexualité. Pour ces deuxièmes il sera certainement question d’expérimenter de nouvelles pratiques.  Depuis des années, l’on sait que films, magazines, et roman pornographique sont généralement classé X c'est-à-dire interdit aux mineurs.  Si l’on intègre des cours sur la sexualité déviante,  peut-on avoir aussi des séances vidéo qui mettent en scène les comportements sexuels déviants. nous sommes là face à une réalité qui nous donne à réfléchir sur le modèle d’enseignement et d’éducation qui s’éloigne de plus en plus de la culture africaine. D’ailleurs peut-on savoir ce qui se trame sous les jupes et les pantalons ? Doit-on enseigner ce que l’on ne peut vérifier ?

Gontran ELOUNDOU.

Si vous avez aimé cet article,

Likez et partagez