Guinée-équatoriale: l’émancipation pétrolière à l'école Gabonaise.

societe
Typography

petrole guinee ecuatoriale 592x296

La Guinée équatoriale veut s’émanciper de la dépendance pétrolière à travers la diversification de l’exploitation des ressources de son sous-sol. Pour cela, le gouvernement de ce pays a dépêché à Libreville, le secrétaire d’Etat aux Mines, Santiago Mba Eneme (photo), afin d’explorer les possibilités d’exploitation du potentiel minier dont regorge le pays.

Les autorités gabonaises l’ont conduit à Moanda dans la province du Haut-Ogooué, au Sud-Est du Gabon, où le gouvernement en partenariat avec la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), a construit l’Ecole des mines et de métallurgie de Moanda (l’E3MG), afin de lancer le projet de « gabonisation » des emplois dans ce secteur et de disposer d’une main d’œuvre locale compétente et compétitive.

Fruit d’un partenariat public-privé entre l’Etat et le groupe français Eramet, l’E3MG a suscité l’admiration de l’Equato-guinéen qui, selon la presse locale, a laissé entrevoir la possibilité d’envoyer en formation dans cette école qui assure la formation des techniciens affectés à l’exploitation d’un des plus grands gisements de manganèse du Gabon, des cadres de l’administration minière de son pays.

«C’est une excellente école. Elle peut contribuer au renforcement de la coopération Sud-Sud au niveau des pays de la Cémac. »,  confie le secrétaire d’Etat aux Mines équato-guinéen à la presse locale.

Pour la direction de l’Ecole des mines, l’E3MG est aujourd’hui le leader de la formation en Afrique sub-saharienne dans le domaine des mines et de la métallurgie. Toute chose qui rassure l’envoyé spécial équato-guinéen et le conforte dans sa conviction de travailler en synergie avec le Gabon en vue de dynamiser le secteur minier de son pays.

lenouveaugabon.com.