Dans une récente interview qu’il a accordée à une chaîne de télévision locale, l’homme a critiqué sévèrement son successeur qui à ses dires a été ingrat envers lui.

Dévoilé à la faveur d’une interview qu’il a accordée à une chaîne de télévision locale. R. Mugabe s’est attaqué vertement au pouvoir de son ex-allié Emmerson Mnangagwa qu’il juge illégitime et dénonce un coup de force. « Je ne déteste pas Emmerson, je l’ai amené au gouvernement. Mais il doit être correct. Or, il est incorrect là où il est. Il est dans une posture d’illégalité et d’illégitimité » a signifié Robert Mugabe. Plus loin, il assure qu’il a été trahi par celui qui lui doit tout, qu’il a nourri et sauvé de la mort.

« Je n’ai jamais pensé que celui que j’avais nourri et emmené au gouvernement et pour qui j’ai travaillé si dur en prison afin de le sauver alors qu’il était menacé de pendaison, se retournerait contre moi un jour »

                                                                                    Robert Mugabe

En effet, Emmerson Mnangagwa doit son ascension politique à Robert Mugabe, qui lui a permis d’occuper de grands postes dans l’appareil d’Etat. Premier ministre, président du Parlement, chef des renseignements et ministre de la Sécurité. Rien aux yeux de Mugabe ne peut justifier le comportement du président actuel qui a été ingrat envers lui.

La nouvelle tribune

Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, en visite au Tchad, a promis la levée de l'interdiction de voyager aux Etats Unis frappant les citoyens tchadiens.

La promesse a été faite lundi par le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson qui a effectué une brève visite au Tchad.

Rex Tillerson, le chef de la diplomatie tchadienne a déclaré lundi que Washington envisageait de lever l'interdiction de voyager aux Tchadiens, un allié clé des Etats Unis dans la lutte contre les groupes militants islamistes en Afrique de l'Ouest.

Le diplomate américain a indiqué que le Tchad avait pris des mesures importantes pour renforcer le contrôle de sa sécurité et de ses passeports et dit penser que ces mesures vont permettre aux deux pays de normaliser leurs relations.

Un rapport sur les progrès fait par le Tchad était en préparation à Washington et sera examiné par le président Trump le mois prochain, a déclaré Tillerson qui a indiqué devant la presse qu'ils attendent le rapport final.

En septembre 2017, le président Trump avait ajouté le Tchad, la Corée du Nord et le Venezuela à une liste de pays dont les citoyens ne peuvent pas se rendre aux Etats-Unis.

Des responsables du département américain de la Sécurité intérieure avaient déclaré que le Tchad n'avait pas réussi à envoyer la preuve qu'il avait pris un certain nombre de mesures de sécurité.

TCHAD USA 1

Selon le ministre tchadien des Affaires étrangères, Chérif Mahamat Zene, lors de son entretien avec Trump, le président tchadien, Idriss Deby, avait "exprimé son incompréhension" au sujet de cette interdiction.

La tournée du secrétaire d'Etat américain l'a conduit au Kenya, en Éthiopie, à Djibouti, au Tchad et au Nigeria, tous des partenaires de première ligne dans la lutte contre les insurgés de l'Etat islamique et d’al-Qaïda.

BBC AFRIQUE

A l’occasion d’une rencontre avec le président burkinabé, Roch Marc Christian, à qui il est visiblement venu apporter son soutien et toute sa solidarité, le président de la commission de la communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), Jean-Claude Brou, a assuré que son organisation offrira 130 millions de francs CFA aux victimes de cette double attaque ayant eu lieu à Ouagadougou et qui, nous le rappelons, a fait 8 morts et pas moins de 85 blessés.

JEAN CLAUDE BROU CEDEAO

En plus de cette annonce, les deux hommes auraient également évoqué la mise en place du mécanisme d’alerte précoce de la CEDEAO, dont une antenne a été récemment, installée à Ouagadougou. Cette antenne devrait bientôt être opérationnelle et permettra d’assurer une gestion continue de la sécurité au sein même de l’espace CEDEAO.

La Nouvelle Tribune

Le nouveau président du Libéria, George Weah, entame les grosses manœuvres. L’éducation étant l’un des piliers de son mandat, celui-ci a donc décidé d’embaucher pas moins de 6,000 enseignants nigérians afin de subvenir aux besoins de son pays et de former une jeunesse capable de prendre la relève.

Souhaitant s’appuyer sur le Nigeria afin de permettre à la machine de se remettre en route, Weah semble compter sur Buhari afin de collaborer sur de nombreux autres secteurs, dont ceux de l’agriculture, des mines et de la santé. Espérant profiter de la main-d’œuvre et de la technique nigérienne, Weah compte bien faire en sorte que ses premières mesures soient suivies de résultats, très rapidement.

La Nouvelle Tribune

En Zambie, la guerre est déclaré la guerre aux poupées gonflables jugées "contre nature" par le gouvernement conservateur.

Officiellement, aucun magasin ne les vend ouvertement et la police n'en a saisi aucune. Mais cela n'empêche pas que la ministre des Affaires religieuses, Godfridah Sumaili, a décidé d'interdire tout commerce et toute utilisation de ces accessoires sexuels.


« En tant que nation chrétienne, la moralité et l'éthique sont ancrées dans nos valeurs. L'utilisation de poupées gonflables est absolument contraire à notre héritage culturel et à nos principes. La loi interdit à quiconque de les commercialiser et de les utiliser. C'est pourquoi nous disons aux Zambiens que c'est une chose contre nature »

Godfridah Sumaili, Ministre des Affaires religieuses

Aucun texte ne les prohibe explicitement, les poupées gonflables tombent, selon les autorités, sous le coup d'une loi qui interdit l'importation, la fabrication et la vente d'"objets obscènes", réprimées d'un maximum de 5 ans de prison.

POUPEES GONFLABES

« Dieu a créé l'homme et la femme pour qu'ils puissent mutuellement assouvir leurs désirs sexuels. Utiliser un objet sans vie est immoral. Alors n'importons pas des croyances et des expériences étrangères »

Godfridah Sumaili, Ministre des Affaires religieuses

Cette décision intervient après la récente publication d'informations sur l'arrivée en Zambie de poupées gonflables d'importation, apparemment en provenance d'Asie. Ces informations ont enflammé les réseaux sociaux.

De plus en plus sophistiqués, ces accessoires de désir sont largement l'apanage, pour des raisons évidentes de coût, des pays occidentaux. Selon leurs concepteurs, ils comblent la solitude d'hommes en manque de relations féminines réelles. Ces déclarations ont suscité des réactions de l'opposition.

"Les poupées aident à lutter contre le Sida"

Selon le parti libéral zambien des Patriotes du progrès économique (PEP), l'attitude du gouvernement vis-à-vis de ces objets coquins n'est qu'un énième exemple de la nature de plus en plus autoritaire du régime du président Edgar Lungu.

"L'argument selon lequel la Bible n'autorise pas l'utilisation d'objets est fausse. La même Bible encourage la liberté individuelle et ce serait une erreur d'emprisonner des gens sous prétexte qu'ils ont recours à des poupées gonflable", affirme son chef, Sean Tembo. Selon lui, les poupées gonflables pourraient même avoir des vertus, notamment dans la lutte contre le sida qui infecte 12,4% de la population du pays.

"Les hommes peuvent utiliser des poupées gonflables et cela réduira les cas de sida", affirme Sean Tembo.

BBC AFRIQUE

Dans la capitale, Freetown, de longues files d'attente se forment devant les bureaux de vote où trois millions d'électeurs choisissent le nouveau président, les membres du parlement et les conseillers locaux.

Le président Ernest Bai Koroma quitte le pouvoir après deux mandats consécutifs de cinq ans. Son candidat, Samura Kamara, fait face à 15 autres candidats.

VOTE SIERRA LEONE 1

La plupart des candidats promettent de mettre un terme à la pauvreté et à la corruption.

Cette élection est la première depuis la fin de l'épidémie d'Ebola.

BBC Afrique

 

De beaux jours s'annoncent pour la monnaie unique dans l'espace CEDEAO. D'ici à 2020, certains pays de cette zone pourront commencer à utiliser cette monnaie en attendant que les autres se mettent aux pas.

La CEDEAO semble résolument engagé sur la voie de la monnaie commune. En effet, les chefs d’Etat du groupe de travail sur la monnaie unique ont posé les premiers pas pour atteindre cet objectif au cours d’une rencontre tenu à Accra.

MUHAMMADU BUHARI

La grande annonce de cette rencontre est la création cette année d’un institut monétaire commun qui aura la charge de réduire les critères de convergence et fédérer les institutions existantes. Si la plupart des Chefs d’Etats ont affiché une certaine détermination à s’engager sur cette voie, le Président Nigérian Muhammadu Buhari a envoyé un message clair à ses pairs de la zone FCFA. Et c’est par la voix du gouverneur de la Banque centrale du Nigeria que le message est passé.

Pour le Président Buhari, les pays de cette zone devrait donner un calendrier de désengagement et rompre tout lien avec le trésor français. Il estime que les intentions au sujet des inflations ne sont pas réel et que converger les économies ne suffirait pas.

La nouvelle Tribune