Etranger/Colombie: l’union de trois hommes poly amoureux officiellement reconnue

De gauche à droite : John Alejandro Rodríguez Ramírez, Manuel Jose Bermúdez Andrade et Víctor Hugo Prada. Les trois hommes ont légalisé leur union le 3 juin dernier chez un notaire de Medellín en Colombie. © DPA / dpa Picture-Alliance/AFP

Le monde
Typography

Les Colombiens Manuel Bermúdez, Víctor Hugo Prada et Alejandro Rodríguez ont scellé à Medellín leur union à trois, reconnue par un jugement et un acte notarié.

« Une famille poly amoureuse. » C'est ainsi que se définissent Manuel, Alejandro et Víctor. Les trois Colombiens vivent ensemble depuis un bout de temps et viennent de faire officiellement reconnaître leur union auprès d'un notaire à Medellín.

En 2000, John Alejandro Rodríguez, éducateur physique, et Manuel José Bermúdez, journaliste et communicant, ont été le premier couple homosexuel en Colombie à s'unir devant un notaire, plusieurs années donc avant la légalisation du mariage gay, intervenue en avril 2016. Leur relation s'est ensuite élargie à deux autres personnes, Alex Esneider Zabala et Víctor Hugo Prada, ce dernier étant étudiant en art dramatique.

À la suite du décès d'Alex en 2013, les trois hommes ont rencontré des difficultés concernant la répartition légale de l'assurance-vie et des biens que leur compagnon leur avait légués. C'est seulement en mai dernier qu'ils ont obtenu le partage de la pension en première instance. Le délai et les complications ont fait prendre conscience à Alejandro, Víctor et Manuel de la nécessité de donner une tournure légale à leur relation poly amoureuse.

La reconnaissance officielle du poly amour

Le 3 juin 2017, à 10 heures du matin, les trois Colombiens ont signé chez le notaire un papier intitulé « Constitution du régime patrimonial de la trieja  », élaboré par Germán Humberto Rincón Perfetti, l'avocat qui a œuvré à la légalisation de l'union entre Alejandro et Manuel en 2000.

Le document donne une tournure légale à la « trieja », le trio poly amoureux : il prévoit un partage des biens et de l'assurance-vie si l'un des trois membres s'en va ou décède. Cet acte notarial donne également au trio le statut de famille d'après l'article 42 de la Constitution colombienne, selon lequel « la famille [...] est formée [...] par une décision libre d'un homme et d'une femme de contracter un mariage ou par la volonté responsable d'y être conforme ». C'est sur cette dernière disposition que se sont appuyés les trois hommes.

Un acte militant

À travers cet acte de légalisation, les « trois maris » entendent prouver la possibilité de l'existence d'un type de famille différent qui s'appuie sur un amour à plusieurs et réciproque. Manuel s'est expliqué dans les médias hispanophones sur le concept de poly amour. « Le polyamour, cela signifie qu'en tant qu'être humain je peux aimer plus d'une personne. Historiquement, on nous a enseigné que lorsque quelqu'un tombe amoureux et se marie, l'amour et le désir pour les autres personnes s'éteignent et cela est stupide. » « Beaucoup de gens rêvent du polyamour, mais ils n'arrivent jamais à le concrétiser. Pour moi, c'est une manière de répondre aux situations pratiques de la vie », a-t-il confié à un site internet colombien.

Le trio revendique un droit à être heureux et à ne pas avoir honte de leur situation atypique...

lire l'article complet