Etranger : Incendie à Londres

Le monde
Typography

Un gigantesque incendie s’est déclaré dans une tour d'habitation du quartier de North Kensington, la nuit du 13-14 juin 2017 à Londres. Un bilan provisoire fait état de six morts et de 74 blessés.

Cet immeuble d'habitations de 27 étages, dans lequel résident plus de 600 personnes, se trouve à quelques minutes à pied du quartier de Notting Hill, et du fameux marché de Porto Bello.

Datant de 1974, l'immeuble est un "Council block", c'est-à-dire un bâtiment géré par la municipalité. Proposant des loyers modérés, il s'agit de l'équivalent d'un HLM. Il y a un an, il a été rénové. La mairie a engagé 10 millions de livres sterling pour moderniser la structure. L'ensemble des immeubles de ce type ont d'ailleurs été révisés, l'an dernier. Une inspection qui fait suite notamment à un incendie qui avait causé la mort de six personnes en 2009.

"Je suis profondément dévasté par ces scènes horribles", a déclaré Sadiq Khan le maire de Londres dans un communiqué, assurant que toute la lumière sera faite sur les raisons de cet incendie qui ravage la Grenfell Tower depuis cette nuit. Le maire a souhaité remercier les quelque 250 pompiers, 100 officiers de police et 100 médecins qui sont mobilisés sur place "pour leur courage, leur dévouement et leur professionnalisme".

Un bébé sauvé après avoir été jeté par la fenêtre

Un bébé a été rattrapé par un homme situé en bas de la tour, alors que sa mère, désespérée et bloquée dans son appartement en flammes, l'avait jeté par la fenêtre du 9e ou 10e étage pour tenter de le sauver, rapporte le Guardian. Par ailleurs, de nombreuses personnes sont portées disparues.

Le revêtement de l'immeuble responsable de la propagation si rapide du feu ?

Le revêtement de la Grenfell Tower est au cœur de tous les débats à Londres. Alors que l'immeuble de 27 étages a été ravagé par les flammes, et que de nombreux habitants sont encore portés disparus, les experts s'interrogent sur les causes du drame, et surtout sur la vitesse à laquelle l'incendie s'est propagé. Alors qu'il aurait été déclenché par un réfrigérateur défectueux localisé au quatrième étage, le feu a très rapidement atteint les étages supérieurs du bâtiment, ne laissant que peu de temps aux habitants pour s'échapper.

 La colère monte parmi les habitants de la Grenfell Tower

La colère montait parmi les résidents qui pointent les défaillances à répétition de l'entreprise responsable de la gestion de l'immeuble et des autorités locales. "90% des résidents ont signé une pétition fin 2015 se plaignant de la mauvaise gestion de l'entreprise responsable de la maintenance de l'immeuble. J'ai été personnellement menacé par leur manager", a déploré David Collins, président de l'association des résidents de la tour jusqu'en octobre dernier.

"J'ai entendu que certaines alarmes incendie n'ont pas fonctionné, ça ne m'étonne pas. Je suis sous le choc, mortifié, mais pas surpris", a-t-il ajouté, interrogé par l'AFP.

INCENDIE1

Plus que le feu, la priorité est d'évacuer les personnes"

Face à un incendie comme celui d'une tour de logements sociaux à Londres, la priorité des pompiers est d'"évacuer les personnes" et éviter qu'elles ne se retrouvent prisonnières en hauteur, a expliqué mercredi le Lieutenant-colonel Gabriel Plus, porte-parole des pompiers de Paris.

A ce jour, le bilan des victimes qui ont péri reste incertain.Même si le feu a été maîtrisé par les pompiers, le feu avait repris dans certains étages. Dans un message sur facebook le maire de Londres, Sadiq Khan dit craindre que le nombre de victimes "n'augmente". "Nous savons également que 78 autres personnes ont été emmenés dans six hôpitaux de la ville", a poursuivi l'édile. 18 se trouvent dans un état critique. Le nombre de disparus se compte lui par dizaines dans cet immeuble de 27 étages qui comptait 120 appartements.