Gabon/ Le plan de déstabilisation de Ping et Bourgi point par point

Le monde
Typography

A l’heure où le continent africain se bat pour devenir libre après des années « d’esclavage » et de « pillages » de ses ressources, car la question essentielle qui reste sans réponse est « Pourquoi le continent le plus riche de la planète est-il toujours le plus pauvre ? »

Le Foccard à la petite semelle a, via des manœuvres, remis en place le Club Zimbabwe afin de faire main basse sur le Gabon.

Prenant en otage une population, une élection, un pays et sans nul doute l’un des seuls présidents d’Afrique ayant tenté de donner une nouvelle image de son pays, et du continent.

L’Ironie est qu’à l’heure où le monde entier tente de mettre fin à Daesch (le groupe terroriste qui sévit en Syrie et ayant des tentacules en Libye, au Nigeria, au Mali…), la FrancAfrique que nous pensions morte renait de ses cendres, Bourgi ne valant mieux que Daesch, d’ailleurs si Daesch recrute il est fin prêt.

Le seul et unique opposant d’Ali Bongo est Bourgi qui, depuis le début, orchestre, paye, finance, communique et prépare depuis 1 an sa campagne afin de devenir Président du Gabon.

Un plan simple, rodé, gagnant car utilisé des centaines et des centaines de fois par la FrancAfrique dont il a été le porte-serviette du maître Foccard. Il lui suffisait de remettre en activité le Club Zimbabwe, club opaque, opérant en toute impunité durant des années où l’on retrouve les Péan, Bourgi et autres.

Ne pouvant se présenter à découvert, puisque la Constitution gabonaise ne le lui permet pas, il a convaincu un de ses hommes de main, ouvrier comme lui de la FrancAfrique, de se présenter... lire la suite