Diplomatie: Les USA menacent de sanctions la cour pénale internationale.

Le monde
Typography

Selon le gouvernement Américain, la CPI est un tribunal illégitime, qui risque des sanctions si ceux-ci menaient des enquêtes sur des citoyens ayant été impliqués dans les opérations en Afghanistan. Les enquêtes que veut engager la CPI concerneraient deux États notamment Israël et les États-Unis d’Amérique. Les sanctions que promettent les États-Unis se feraient à plusieurs niveaux. D’abord sur les responsables et juges de la CPI  qui verraient ainsi leurs comptes gelés et des restrictions sur les déplacements des responsables de la CPI. Ces sanctions portent également sur les États qui financeraient la CPI, qui, selon Washington se verraient privés d’un certain nombre de financements si ceux-ci ne dissuadaient pas la CPI d’engager des enquêtes contre les deux États.

cpi staff 2

Les juges de la CPI et les procureurs

Plusieurs crimes de guerre ont été enregistrés en Afghanistan. Plusieurs photos et vidéos de tortures perpétrées par des soldats américains ont régulièrement circulé sans que ceux-ci ne soient jugés ou sanctionnés. Désormais, la cour pénale internationale qui souhaitent appliquer le principe du nul n’est au-dessus de la loi, se voit soumise au rapport de forces dû à la puissance des USA. Bien que les États-Unis ne font pas partie des États membres de la CPI, ceux-ci ne se sont jamais opposé aux enquêtes et arrestations de plusieurs ex-dirigeants africains Charles Taylor ou Gbagbo Laurent, et quelques chefs de guerre européen tels Ratko Mladic ou Slobodan Milosevic. La politique des deux poids deux mesures semble prendre le pas sur l’impartialité de la cour qui selon nos observations a tendance à appliquer des sanctions sur les ressortissants de pays pauvres.

Rappelons que la CPI a toujours été présenté comme l’instance judiciaire internationale capable d’enquêter et de confondre les États et les gouvernements en cas d’implication dans des infractions internationales. Il s’agit des crimes de guerre, de crime contre l’humanité principalement. Rappelons que les États-Unis ont engagé la guerre en Afghanistan, d’abord avec la Talibans, puis contre ces derniers qu’ils ont jugés « terroristes ». C’est bien l’Afghanistan qui selon les USA abritait Oussama Ben Laden l’ancien chef d'Al-Qaïda, un mouvement terroriste qui orchestra les attentats du 11 septembre 2011.

publicité yapee 2

Il est bon de rappeler que l’Afghanistan est un Pays stratégique d’Asie qui possède de grandes réserves de pétrole, c'est un espace stratégique situé entre la Russie la chine et le oyen orient et surtout est le premier producteur de pavot, cette fleur qui constitue la matière première nécessaire à la fabrication de plusieurs drogues, source principale de financement des groupes terroristes. Les États-Unis ne se laisseraient donc pas intimider par la cour qui selon Washington ne la reconnaît pas. Il est donc clair que si les USA refusent de reconnaitre une quelconque légitimité à la CPI celle-ci n’a pas réagi au communiqué de Washington, mais à juste pris acte de cela. Nous sommes donc là face à une impasse judiciaire et diplomatique qui démontre bien que la « raison du plus fort est toujours meilleure ».

Gontran ELOUNDOU 

Analyste politique

si vous avez aimé cet article,

likez et partagez