Etranger : la violence inédite du discours de Donald Trump à l'ONU

Le monde
Typography

Lors de son discours du mardi 19 septembre 2017 devant l'assemblée générale des Nations Unies, le président américain s'en est violemment pris à la Corée du Nord et à l'Iran, qualifiés d'"Etats voyous".

Pour son premier discours très attendu à la tribune de l’ONU, le président américain n’a pas mâché ses mots. Pendant 45 minutes, Donald Trump a abordé les dossiers brûlants de la Corée du Nord, la sortie de l’accord sur le nucléaire iranien et le Venezuela.

C’est toutefois contre le régime de Kim Jong-un que le président américain a eu les mots les plus durs, prévenant qu'il était prêt à le "détruire totalement" si les Etats-Unis "doivent défendre (leur) pays et (leurs) alliés".

"Les Etats-Unis font preuve d’une grande force et d’une grande patience. Mais si nous sommes forcés de nous défendre ou défendre nos alliés, nous n’aurons pas d’autre choix que de détruire totalement la Corée du Nord. 'Rocket Man' est en mission-suicide, pour lui et pour son régime", a lancé Donald Trump devant l’assemblée générale, en faisant référence à Kim Jong-un.

Donald Trump s’est aussi attaqué à l’Iran, qu’il a qualifié de "dictature corrompue". "Nous ne pouvons pas laisser un régime meurtrier continuer ses activités déstabilisatrices (...) et nous ne pouvons pas respecter un accord s'il sert à couvrir l'éventuelle mise en place d'un programme nucléaire", a-t-il martelé.

Le président des Etats-Unis a par ailleurs désigné l’accord nucléaire de 2015, conclu sous la présidence Obama, comme une "honte" et l'"un des pires auxquels les Etats-Unis aient jamais participé".

Un discours extrêmement dur, menaçant"

Le président américain n’a pas non plus épargné le Venezuela. Épinglant le régime de Nicolas Maduro comme une « une dictature socialiste », Donald Trump a dénoncé une "situation inacceptable". "Nous ne pouvons pas rester sans rien faire", a-t-il insisté, se disant prêt "à de nouvelles actions".

BFMTV: lire l'article complet