LES RAISONS DU CELIBAT DES FEMMES

Dossier spécial
Typography

Un sondage que nous avons mené auprès de 50 hommes célibataires au Cameroun nous a révélé des résultats étonnant : les hommes veulent de moins en moins faire la cour aux femmes. Et ceci a repose sur plusieurs raisons à savoir :...

Les femmes sont matérialistes :

Dans un environnement où les hommes sont conscients de leurs carences financières, ceux-ci font face à une gente féminine intransigeante sur la position sociale des mâles de notre société ce qui se traduit par de courtes relations qui se soldent toujours lorsque la femme constate que ses besoins primaires et sociaux risquent de ne pas être comblés avant une date indéterminée

Les femmes de plus en plus « sophistiquées »:

Les hommes se méfient des femmes trop coquètes, parce que c’est un signe de matérialisme, mais surtout cela marque un écart entre les hommes qui veulent des femmes certes belles mais à « leur niveau » or une femme trop sophistiquée et attachée à son smart phone de luxe créée la distance entre elle et ses prétendants. Ceux-ci pensent souvent qu’elles sont déjà engagées avec un homme plus nantis.

Le caractère infidèle de l’homme :

Eh oui mesdames!! ces messieurs ne veulent pas s’assagir et tirent sur tout ce qui bouge. Triste paradoxe qui fait que l’homme recherche une femme fidèle mais ne peut être infidèle. Or des relations coupables se font bel et bien avec des femmes qui deviennent par conséquent moins attachées à la fidélité ou à un seul partenaire.

Les hommes de plus en plus « calculateurs » :

 Mesdames vous faites peur à ces messieurs car ils recherchent aussi une femme qui va leur permettre de faire des économies et de bâtir des projets, ce qui selon eux devient rare, ils accusent les femmes d’être de véritable gouffre à budget; la faute à l’exigence qu’impose le bien être matériel. C'est pourquoi ils préfèrent désormais cheminer seul, et avoir des aventures d’un moment et après s’occuper prioritairement de leur projet personnels. Leur compagnedevient la mère de leurs enfants, en omettant parfois les fondements du couple à savoir l’amour.

Non sans vouloir jeter l’anathème sur l’un des deux genres, nous constatons que la famille est en danger et que le mariage n’est plus la finalité de l’amour mais serait plutôt le résultat d’un projet social réussi. Sachant que chaque cycle économique connait des hausses et des bas faut-il prévoir aussi une augmentation des divorces au cas où les revenus de ces messieurs diminueraient?

Paul Denis Gontran Eloundou Nanga