Calixthe BEYALA : Sa trahison à la cause noire.

Dossier spécial
Typography

Voici Les vrais sujets que les journalistes de CANAL 2 auraient dû traiter avec  Calixthe Beyala  et les questions qui auraient pu être posées.

L’émission l’ARENE de la chaîne Canal 2 est intéressante dans son concept, encore faudrait-il que les invités jouent le jeu et que les journalistes insistent sur les vrais sujets. Dimanche 19 février 2017 l’invitée de ce soir-là était Calixthe BEYALA, écrivain Français d’origine Camerounaise. Au cours de cette émission nous avons observé l’écrivain Français se débattre comme un gladiateur dans une arène romaine pour exterminer ses adversaires, qui se sont défendus comme ils pouvaient en restant polis, même si ils ont fini couverts de ridicule parce qu’ils ne pouvaient user de la vulgarité arme que la native de New-Bell a su manier avec Maestria. Clairement, les journalistes sur le plateau ce soir-là n’avaient suffisamment pas préparé leur émission. Si on était vraiment dans une arène, des questions évidentes auraient dû être posées à Calixthe BEYALA, notamment les suivantes :

 Quid de sa complicité avec le Gouvernement Sarkozy, puis de sa trahison en 2012 ?

En effet en 2008 Calixthe BEYALA est l’un des rares écrivains français à approuver la visite du Colonel Kadhafi en France. A cette époque, soumise au système, elle soutient implicitement le gouvernement Français de SARKOZY dans cette initiative. Cela explique d’ailleurs pourquoi son documentaire sur Manu Dibango est diffusé sur France 5, chaîne de télévision du groupe public français France Télévisions. Cette soumission permettra à  l’écrivaine d’être chevalier de la légion d’honneur en  juillet 2010. Il faut savoir que l’attribution de la légion d’honneur obéit à des critères qui sont à la discrétion des ministres et du président de la république Française. Le gouvernement SARKOZY était loin de s’imaginer que  deux années plus tard elle retournerait  sa veste et appellerait  à voter François Hollande lors d’une mascarade du Mouvement des Africains Français.  Alors pourquoi les journalistes ne lui ont pas demandé clairement pourquoi elle avait trahi le gouvernement SARKOZY  qui lui avait pourtant donné un moyen de se faire connaître. La vérité serait-elle que Calixthe BEYALA ait senti que le vent était entrain de tourner pour SARKOZY et aurait décidé de se tourner vers Hollande, en se faisant instrumentalisé et enrôlé dans ce mouvement fantôme appelé le Mouvement des Africains Français? Question qui ne lui a pas été posée par les journalistes qui avaient plus envie de mettre leur main dans sa culotte et lui parler de sexe.

Le mouvement des africains français : le mensonge de Calixthe BEYALA

Calixthe BEYALA s’est vantée dans l’ARENE de canal 2 d’avoir fait tomber Nicolas SARKOZY en 2012. Ce qui était le plus gênant c’est le fait que les journalistes n’aient pas été capables de la relancer sur  cet épisode de son engagement  politique. En effet après avoir accepté la légion d’honneur de SARKOZY, Calixthe BEYALA l’a trahi en se ralliant à François Hollande en 2012. Si elle s’était juste contentée de trahir en lui apportant son soutien ça n’aurait gêné personne. Ce que Calixthe BEYALA a fait a été pire. Elle a usurpé le poste de porte-parole des africains à travers le MAF (le Mouvement des Africains Français). Aujourd’hui personne ne s’en souvient mais à l’automne 2011 la classe médiatique qui aujourd’hui pousse HOLLANDE vers la sortie était entrain de faire pareil pour SARKOZY. Alors ils ont donné écho à un mouvement qu’on pourrait qualifier de fantôme qui était censé représenter les Africains de France. Toute personne qui vit en France c’est que le africains ne désigne que les noirs (pour ainsi dire jamais les arabes et encore moins les angolais blancs ou les sud-africains). Ce mouvement des Africains Français était censé fédérer le vote noir en faveur de François Hollande. Cependant il avait été présenté dans les médias comme une force politique représentative des noirs à 15 % de l’électorat français.

Ce mouvement politique était soutenu par quelques personnalités noires telles qu’AMOBE MEVEGUE et bien évidemment Calixthe BEYALA qui s’en est vue en confier la présidence.

En effet, Calixthe BEYALA a assuré la présidence  de ce  mouvement fantôme  appelé le MAF (Mouvement des Africains Français) dont la seule activité  politique a été d’organiser un meeting à une semaine du premier tour de l’élection présidentielle de 2012. Lors de ce meeting, Calixthe BEYALA a appelé à faire battre SARKOZY pour ne pas dire à voter pour HOLLANDE. Depuis ce meeting, le Mouvement des Africains Français a disparu, plus aucun meeting, son site internet  www.africain-français.org a disparu. Calixthe BEYALA semble avoir  roulé pour le parti socialiste. On peut d’ailleurs se demander pourquoi le système médiatique à cette époque a fait la promotion de ce mouvement qui n’en était pas un ? On peut d’ailleurs encore  s’interroger sur le financement de ce meeting dont on affirme qu’il a réuni 20 000 africains français, au Palais des Congrès à Paris. Qui l’a financé ? Dans quel but ? Depuis ce meeting d’avril, On a presque plus entendu Calixthe BEYALA parler au sujet de ce mouvement dont le seul but était de pousser la communauté noire à voter pour le parti socialiste. Nous nous attendions à ce que le journaliste « Altchak » interrogeât l’auteure de « les honneurs perdus » sur cette deuxième trahison à cette communauté noire dont elle a usurpé la représentation le temps d’un meeting de soutien.

Calixthe BEYALA est-elle une simple opportuniste ?

Mongo Beti disait déjà de Calixthe BEYALA la chose  suivante : « Ce n’est pas tous les jours qu’on peut exhiber un phénomène exotique sur la scène littéraire parisienne. C. Beyala se moque du monde quand elle prétend qu’on lui en veut parce qu’elle est femme noire. C’est tout le contraire. Elle est le siège d’un double exotisme, qui ne peut que lui valoir une attention exceptionnelle, douteuse au demeurant. Et c’est ce double exotisme que l’éditeur [Albin Michel] est résolu à exploiter. En tant que femme, on ne peut pas dire que la romancière soit perdue dans la masse. La femme écrivain est encore, même en France, une sorte de bête curieuse. Si de surcroît cette femme est une négresse, elle devient le merle blanc si l’on peut dire » Alors l’écrivaine a-t-elle toujours profité de sa condition de femme noire pour faire carrière ? Se sert-elle de la cause des noirs ? Si oui à  quel dessein ? Sa vulgarité et son outrance sont-elles une marque de fabrique  ou de la pure comédie ? Michèle Rakotoson disait à son sujet : «  Les excès de Calixthe Beyala me dérangent profondément. On ne bâtit pas une œuvre sur des outrances » Et son silence sur le cas de Dieudonné son compagnon de route de la fin des années 90. Elle ne lui a jamais montré le moindre soutien alors que la plus part des africains ont toujours soutenus le célèbre humoriste. Nous sommes d’accord sur un point avec le journaliste Luc PERRY WANDJE lorsqu’il lui demandait « Calixthe BEYALA qui êtes-vous ? » la réponse qu’elle a donnée à cette était qu’elle ne le savait. C’est possible qu’elle ne sache effectivement pas qui elle est ; quand on a souvent été trop manipulé par les gouvernements de gauche ou de droite et par les associations soit disant qui défendent la cause des noirs, on peut perdre son identité si on n’y fait pas attention

Calixthe BEYALA est-elle un penseur ?

La plus grosse erreur des journalistes de canal 2 à notre avis ce soir-là  a été de penser que Calixthe BEYALA était un penseur. Elle est certes un romancier, main un romancier n’est en aucun cas un penseur. Elle l’a elle-même dit sur le plateau elle est capable d’écrire sur une « bouteille vide » 300 pages. Je crois que ce soir-là sur le plateau ils auraient mieux fait de se limiter à la romance ou alors de parler de bouteilles de MANYAN vidées par notre jeunesse en manque de repères.

 

yap Adrien