Cameroun: Ce ministre de la communication va manquer au camerounais.

Politique
Typography

Par le remaniement gouvernemental intervenu le 04 janvier 2019, celui qui est désormais ex-Ministre de la communication et nouveau Ministre de l’emploi et de la formation professionnelle va certainement manquer à beaucoup de Camerounais. De mémoire de Camerounais, un ministre en charge de la communication endossant aussi la mission de porte parle du gouvernement n’aura jamais été aussi dynamique.

publicité yapee 2

Son rôle de porte-parole du gouvernement était celui de l’homme à tout faire. Pas un membre du gouvernement ne prenait la parole sans lui, il aura innové par cette maitrise des sujets des plus sensibles au moins importants. L’on l’aura retrouvée sur les affaires Vanessa Tchatchou qui est l’histoire tristement célèbre de la jeune Camerounaise au bébé volé dans un hôpital, ou encore dans les affaires BIBI NGOTA qui sont bien celle de ce journaliste mort en prison et qui incriminait un éminent membre du gouvernement. Issa Tchiroma à la communication c’est celui qui aura donné à ce ministère souvent atone une véritable fonction informative sur les activités gouvernementales.

Il est celui qui a défendu becs et ongles le   Président de la République Paul Biya l’on se souvient de certaine phrase tel que « le Président travaille même s'il est en voyage il travaille toujours pour le Cameroun ». Des ministres de la communication le Cameroun aura connu, mais il aura été celui qui aura su faire de ce ministère l’institution la plus vue de tout le gouvernement Yang. 09 ans à la tête de la communication un ministère souvent perçu comme sensible. Il a désamorcée plusieurs bombe sociale, car la gestion des organes de presse publics et privée est souvent le casse-tête de la bureaucratie. Mais ce ministre aura quand même réussi à attirer la sympathie de la plupart des acteurs de ce secteur.

Tout n’a pas été rose pour lui, mais l’on peut néanmoins affirmer qu'Issa Tchiroma a souvent été perçu comme un homme souvent intransigeant sur certains points. Principalement sur la crise anglophone où l’on se souvient des menaces à l’encontre de la journaliste Carole Yemelong de la chaine canal 2 lorsque celle-ci semblait vouloir prendre fait et cause pour les « ambazonniens ».

Son remplaçant René Emmanuel Sadi aura fort à faire. Issa tchiroma aura imprimé sa marque et restera certainement celui qui de tous les ministres de la communication, de kontchou kouemegni a Moukoko Bondjo en passant par ebenezer Njoh Mouelle aura été celui qui aura été le réformateur de la communication gouvernementale.