Cameroun: Jean MBARGA /Samuel KLEDA, la guerre autour de Biya?

Politique
Typography

Le président de la conférence épiscopale du Cameroun a fait une sorti fortement médiatisée sur les ondes des radios internationales et locales. L’archevêque métropolitain de la ville de Douala n’a pas surpris grand monde en qualifiant de « non crédible » la victoire de Paul Biya après la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du 07 octobre  par le conseil constitutionnel.

publicité yapee 2

Une position qui ne surprend pas quand on sait que Mgr Kleda avait déjà appelé le Président de la République à prendre sa retraite en lui demandant de passer le relais à des hommes plus jeunes.  L’attitude du prélat semble surprendre certains observateurs et surtout les fidèles de l’église catholique (qui représentent 38% de la population) qui y voient une intrusion malvenue dans la sphère politique. Un son de cloche qui ne fait pas l’unanimité vu que c’est avec l’archevêque de la ville de Yaoundé que l’on constate une réelle contradiction dans la position de l’église catholique qui brille généralement par une réelle unité face à toutes les situations. Quels sont les intentions de ces deux figures majeures de  l’église catholique ? L’église est elle prête à s’introduire dans les affaires politiques du Cameroun ?

La tradition contestatrice de l’archidiocèse de Douala

Il est de coutume chez les archevêques de la ville de Douala d’être des contradicteurs du régime de Paul Biya. Le cardinal émérite Christian Tumi, (l’unique Cardinal camerounais)  au même poste il y a quelques années (archevêque de Douala), s’est toujours imposé comme la voix de la contradiction et d’une prétendue sagesse politique vis-à-vis du régime de Yaoundé. Aujourd’hui, c’est la sortie de Mgr KLEDA qui selon toutes vraisemblances est un disciple du cardinal émérite de la ville de Douala. Celui-ci se fait écho des populations du grand nord présentées comme pauvre et incapable de voter pour le candidat Biya et surtout porte du crédit aux recours en annulation émanant du Social Démocratic Front (SDF) en appuyant les arguments du candidat Joshua Osih sur la situation chaotique que vivent les populations du Nord ouest et du Sud Ouest Cameroun.

 Après une élection présidentielle haletante, dont les mémoires seront marquées par un contentieux postélectoral historique, l’archevêque de Douala semble bien décidé à ne plus jouer la carte du silence. Le silence assourdissant de l’église aura souvent été le réel crédo de l’institution principalement dans les affaires politiques. Une chose est certaine, la position de l’archevêque de Douala pourrait à première vue refleter la position de l’église qui obéit à un principe de hiérarchie suffisamment structuré et dont les ordres proviennent généralement du saint siège à Rome.  C’est à se demander si les neuvaines et prières en faveurs des autorités dirigeantes  ne sont plus les bienvenues désormais.

 

Mgr Kleda revanchard.

mgr samuel kleda jpg

Depuis la disparition brutale et tragique de Mgr Benoit Mballa, évêque diocésain de Bafia, l’église a présenté un visage farouche vis-à-vis des autorités de Yaoundé qu’elle accuse d’être impliquées dans la mort tragique de plusieurs membres du clergé. Si l’on se souvient de l’homélie de Mgr Akonga  ancien secrétaire  à l’éducation chargé des enseignements catholique (SEDY) durant la messe d’enterrement de l’archevêque, cette parole avait été dite « arrêtez de nous tuer … Pourquoi les prêtres vous font tant  peur». Il faut noter que les sorties de Mgr Kleda sont de plus en plus portées à l’encontre du système en place. Certains vont même jusqu'à parler d’un divorce prononcé entre Paul Biya ancien séminariste et l’église catholique qui aura toujours bénéficié des largesses du régime en place.

Jean Mbarga contre Kleda ? 

camernews jean

L’élection présidentielle du 07 Octobre que l’on constate la distance qui existe entre les archevêques des deux grandes métropoles Camerounaise. Deux positions contradictoires, l’une fait état de d’une victoire claire venant de l’archevêque de Yaoundé, et l’autre faisant part d’une élection non crédible dans les zones anglophones et de l’extrême nord. Nous n’en dirons pas plus. Celui de Yaoundé affichant clairement une position en faveur, et celui de Douala n’étant pas totalement convaincue par la « victoire claire » du Président Paul Biya, qu’il a qualifié de « non crédible ».

Mgr Kléda est il prêt à soutenir l’opposition ?

Monseigneur Kleda, s’est ouvertement exprimé sur son désamour vis-à-vis de Paul Biya. Avant les élections, mais aussi après celle-ci. On peut donc interpréter cette sortie comme étant la position de l’église catholique au Cameroun vu le poste que l’archevêque de Douala occupe (Président de la conférence épiscopale du Cameroun). La position de l'archevêque de yaoundé toute à fait contraire nous renseigne sur l'initiative de Mgr kleda comme étant une action personnelle. Quand au  silence du nonce apostolique en place, il laisse transparaitre une indifférence de Rome vis-à-vis de la politique au Cameroun. 

Gontran Eloundou

Analyste Politique.