Cameroun: Présidentielle 2018, où sont les programmes politiques de l’opposition ?

Expert
Typography

Nous y sommes, l’heure des grandes manœuvres a sonné, désormais les hommes politiques de la République affutent leurs armes afin de se jeter dans la grande bataille électorale d’octobre prochain. Tous ou presque semblent déterminés à déloger le président de sa chaise là-bas sur la colline d’Etoudi. Mais pour le citoyen averti que nous sommes, une question demeure : Quels sont les programmes politiques des candidats ? Si porter de jolis costumes et faire de belles photos sied à plusieurs opposants, il est  important pour que le choix de l’électeur soit déterminé par des motivations rationnelles, que celui-ci ait une idée sur les propositions faites par les candidats afin de pouvoir prendre la décision de voter pour un candidat plutôt qu’un autre.

publicité yapee 2

Les programmes politiques, ou du moins la diffusion d’idée d’une programmation post élection, font défaut. Les candidats ne semblent pas maitriser les différents secteurs ayant besoin d’être modifiée ou reformée. Les « réformes » ? Qui en parle ? Une nation ne se construit pas à coup d’injures de dénigrement ou encore, de toutes autres formes de violence verbale, morale ou physique, mais un constat se dégage ici, les hommes politiques et leurs partisans ont oublié que leur réel apport dans la vie quotidienne des citoyens est de conduire des propositions  qui incitent aux  changements dans leur vie sociale.

Santé, sport, transport, sécurité, logement, éducation, économie, finance,éducation, culture, tant de secteurs de la société qui ont besoin d’un souffle nouveau mais qui ne semblent pas intéresser les hommes politiques. Ils remplacent les discours de réformes institutionnelles et sociales par de la démagogie, surfant sur des thématiques antirépublicaines telles que le tribalisme, la haine, la division,  les injures, le dénigrement et le bruit. Nous électeurs sommes désormais face à une équipe dirigeante à bout de souffle qui à éprouvée toutes ses cartes, et aussi une opposition incapable d’apporter la moindre proposition de réformes politiques. Que c’est difficile d’être un électeur au Cameroun.

Ces hommes politiques à travers leurs partis sont supposés jouer le rôle d’éducateur pour les citoyens. Cette prérogative qui revenait au Parti unique est désormais celle de tous les chefs de partis. , ils apportent aux citoyens une réelle vision alternative de la politique. Mais ce que nous constatons c’est un militantisme qui abrutit de plus en plus le peuple, et, celui-ci semble loin de ses propres réalités au moment où il doit demander à ces politiciens de montrer patte blanche et des garantis du changement de leur quotidien. L’on perçoit donc une réelle volonté pour les opposants de s’opposer plus aux peules que de s’opposer au pouvoir. Sur les 28 candidats, qui choisir ? Sur 28 idées quoi prendre ? Une candidature unique, voila qui pourrait susciter un réel enjeu, mais ses opposants présidents de partis peuvent-ils accepter de jouer les 2e au pouvoir au lieu d’être les premiers dans leur formation ? plus simplement, peuvent ils faire une alliance avec à la tête quelqu’un d’autre qu’eux-mêmes ? Tant de question que nous pouvons poser mais dont les réponses n’apparaîtront qu’après l’élection d’octobre 2018.

Gontran ELOUNDOU

Analyste politique.

Si vous avez aimé cet article,

likez et partagez.