Zimbabwe: Interpol appelé en renfort par le nouveau gouvernement.

Le Président zimbabweén et le général chiwenga vice président ZANU PF

Politique
Typography

WASHINGTON -

Le gouvernement du président Emmerson Mnangagwa sollicite les services d'Interpol pour l'extradition des anciens ministres zimbabwéens, le professeur Jonathan Moyo, saviour Kasukuwere et Patrick Zhuwao, qui auraient commis des crimes alors qu'ils servaient sous l'ancien président déchu Robert Mugabe.

Selon le journal privé Standard, le gouvernement utilise tous les moyens à sa disposition pour arrêter les trois, soupçonnés d'être les meneurs du plan raté pour que l'ancienne première dame Grace Mugabe succède à son mari.

lire aussi:Guinée Conakry: les grandes annonces de Alpha Conde sur la sécurité

Le journal a cité le ministre de l'Intérieur, Obert Mpofu, affirmant qu'ils recherchaient des individus qui ont commis des crimes à l'intérieur et à l'extérieur du Zimbabwe.

Il a dit, sans préciser: «Nous faisons tout notre possible pour que ceux qui ont commis des crimes au Zimbabwe et à l'extérieur du Zimbabwe soient traduits en justice. Si cela signifie engager Interpol, nous irons sur cette route.

"Le processus est à deux volets, nous examinons les enquêtes locales et les enquêtes extérieures et les enquêtes extérieures, ils impliquent Interpol ... Nous parlons de tous ceux qui ont commis des crimes au Zimbabwe et s'ils ont commis des crimes, ils seront impliqués dans cet exercice "

Les trois hommes se sont échappés lorsque les forces de défense du Zimbabwe ont pris le contrôle des principales institutions de l'Etat le 15 novembre et ont assigné le président Robert Mugabe à résidence après avoir déclaré vouloir se débarrasser des «criminels» entourant Mugabe.

L'armée a prétendu que Mugabe n'était plus capable de gouverner à cause des individus qui forçaient les membres du Zanu PF à se rapprocher d'Emmerson Mnangagwa, qui cherchait alors à se retirer des positions de l'Etat et du parti en préparation du Congrès Extra ordinaire de la Zanu PF.  conçu pour mettre Mme Mugabe dans une position privilégié pour la présidence.

.

Les forces de défense du Zimbabwe ont désamorcé le mouvement qui a conduit à Mnangagwa de la dénommée équipe Lacoste, faction du parti au pouvoir à devenir président. Mme Mugabe et ses membres de la génération 40 ont alors été contraints de fuir.

Le professeur Moyo et Kasukuwere vivraient au Kenya tandis que Zhuwao serait en Afrique du Sud.

VOA Studio 7 n'a pas été en mesure de vérifier de manière indépendante les derniers développements avec Interpol, la plus grande organisation internationale de police au monde, qui, selon www.interpol.intel, comptait 192 pays membres.

Source: Voice of Africa