Les accusations graves de Issa TCHIROMA à l'encontre de RFI

Politique
Typography

Pour le ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement, dans le traitement de la situation prévalant dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le média français semble légitimer les actions des sécessionnistes.

Le membre du Gouvernement l’a fait savoir dans un communiqué publié ce jeudi 5 octobre 2017. Issa Tchiroma Bakary explique que «diverses chroniques matinales diffusées sur les antennes de RFI sont de véritables réquisitoires contre les Institutions camerounaises et contre le Président de la République, Son Excellence Paul Biya».

À l’en croire, «RFI semble légitimer, voire encourager les menaces, intimidations et violences exercées par les sécessionnistes, y compris les incendies des écoles, le recours aux bombes et autres attaques diverses contre les forces de défense et de sécurité».

Souvent, explique le ministre de la Communication, «ces attaques abjectes et répétitives de RFI contre le Cameroun se font sous le couvert d’interviews de personnes hostiles à la paix, à l’unité et à la stabilité de notre pays ou de revues de presse mettant en scène d’obscurs journaux de pays de l’Afrique de l’Ouest».

Le ministre de la Communication condamne fermement ces dérives «contraires à la déontologie journalistique et cette hostilité systématique». Il réaffirme que «ces manœuvres hostiles, qu’elles aient pour but de déstabiliser notre cher et beau pays ou d’influer sur le fonctionnement de ses institutions, sont vouées à l’échec».

Avant lui, c’est le responsable de la Communication du ministère de la Défense, le Colonel Didier Badjeck, qui a condamné le traitement de l’information de RFI sur la crise anglophone qui secoue les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun. Indexant particulièrement le journaliste Jean-Baptiste Placa, il déclare: «vos convocations au génocide sont dans les disques durs de nos mémoires qui nous rappellent le Rwanda. Vous serez jugé par l’histoire, par vos prises en otage de pauvres l'intégralité de l'article ici