VOTRE REVUE DE PRESSE DU MARDI 28 MARS 2017

La presse en revue
Typography

Actualité Politique :

« Fru Ndi dans l’étau de la crise anglophone ».

Le Comité exécutif national (Nec) du Sdf s’est réuni le 25 mars à Yaoundé, au domicile de son leader, Ni John Fru Ndi. C’était l’occasion pour le parti de donner sa position sur l’actualité brûlante dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Pour une fois donc, le Sdf a réagi sur la crise qui paralyse le pays dans ses régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Jusqu’ici, le parti « a officiellement été silencieux, tout en ayant ses oreilles collées sur le terrain ». Mais la position du Nec semble traduire une certaine déchirure en son sein. En tout cas, si l’on s’en tient aux sons de cloche discordants entre certains militants et de surcroît parlementaires qui promettent de continuer la lutte et la hiérarchie du parti soupçonné de jouer double jeu, bien que réclamant la libération des personnes incarcérées à Yaoundé, dans le cadre des manifestations violentes intervenues en décembre à Bamenda, rapporte Info Matin.

Actualité Sociale :

Corporation :

« Les juristes d’entreprises s’organisent ». D’après Camer Press, Incontournable dans les entreprises modernes, le poste de juriste est peu et mal connu du grand public. Ces besogneux de l’ombre disent pourtant avoir une fonction importante dans le fonctionnement, la performance et la survie des entreprises. Si les employeurs en sont conscients, il n’en est pas toujours le cas pour le grand public. Afin de sortir … les juristes des entreprises ont décidé de s’organiser en association afin de promouvoir ce domaine d’activités primordiale et lever quelques clivages. C’est ainsi que vient de voir le jour, l’Association camerounaise des juristes d’entreprises (Acje). Pour se faire davantage connaitre du grand public, mais aussi et surtout pour conquérir le maximum des praticiens du droit dans les entreprises, l’Acje a organisé le jeudi 23 mars 2017 à Douala un Diner-débat sur le thème : « Le juriste acteur de l’innovation, rôle du juriste d’entreprise et usage des TIC au Cameroun ».

Revendications :

 « Les enseignants du secondaire en grève depuis hier ». Plus de 60 mois de salaires impayés. Il n’en fallait pas plus pour venir à bout de la patience des enseignants du secondaires regroupés au sein d’un mouvement dénommé « Collectif des enseignants indignés ». Depuis hier, plusieurs centaines d’enseignants ont investi l’esplanade du ministère des Finances (Minfi) pour faire entendre leur voix et exprimer leur amertume, face à des pratiques qu’ils jugent peu orthodoxes. « Nous sommes là pour réclamer nos droits. Ça fait 30 mois pour certains, 60 mois et même plus pour d’autres, que nous sommes sans salaire. Ceux qui ont la chance d’avoir des salaires ne perçoivent que la moitié ou les 2/3, et pour les avoir, il faut mobiliser des réseaux. Nous sommes donc venus pour dénoncer et mettre fin à ces pratiques », confie un des responsables du mouvement. Les « enseignants indignés » imputent principalement cette situation qu’ils jugent excessive au ministère des Finances, racontent Le Messager, Mutations et Le Quotidien de l’Economie. Pour La Nouvelle Expression, « le spectre de Bamenda est à Yaoundé ». Les enseignants ont investi l’esplanade du ministère des Finances. Ils sont environ 20 000 à travers le pays qui revendiquent le paiement de leurs arriérées de salaires qui, pour certains, remontent à six ans. Gare au syndrome anglophone.

Buea / Bamenda :

« Le Synes siffle la fin de la grève ». « Nous sommes venus ici pour suspendre la grève. C’est une décision difficile et difficile à prendre, et c’est pourquoi nous sommes plus que les deux ici maintenant. D’autres sont toujours en fuite ». Ainsi s’exprimait, le 20 mars, le président de l’Université de Buea du Synes, le professeur Arrey Abangma qu’assistait son vice, le docteur Martin Sango, lors d’une conférence de presse, organisée dans le chef-lieu de la région du Sud-Ouest. Perdu de vue pendant les mois qui ont suivi la grève des enseignants déclarée en novembre 2016, le professeur soutient que la suspension du mot d’ordre de grève est due à ce qu’il a qualifié de bonne foi du gouvernement, indique Info Matin.

Actualités Economiques :

Mtn-Orange-Express-Union :

 « La bataille du transfert d’argent aura lieu ». En effet, au regard de l’état des autorisations d’émission de la monnaie électronique publié par la Banque centrale, il apparait qu’aucun opérateur de transfert de fonds ne peut opérer s’il n’est lié à une institution bancaire. D’ailleurs, selon la classification de la BEAC, les sociétés de téléphonie mobile sont ici appelées « opérateurs techniques » et leurs banques partenaires, « émetteurs ». Au Cameroun, la BEAC a délivré, depuis le 29 juillet 2011, une autorisation d’émission de monnaie électronique à MTN Cameroon avec pour partenaires Afriland first bank et Ecobank. Orange a bénéficié de la même autorisation le même jour, mais avec pour partenaire la Bicec. Le 2 décembre 2017, la SGBC a reçu de la BEAC l’autorisation d’émission de la monnaie électronique, mais elle n’a à ce jour pas d’opérateur technique. Selon les explications fournies par divers experts, les opérateurs du mobile ne sont pas des émetteurs de monnaie et ne font donc pas concurrence aux banques, car ce sont les banques qui sont émettrices, rapporte Le Quotidien de l’Economie.

Actualités Sportives :

Lions indomptables :

« A l’épreuve de la Guinée ». Les Lions espèrent engranger un deuxième succès en amical ce soir à Bruxelles, contre le Syli national. Ce soir à 20h, au stade Edmond Machtens, ils seront en effet face à la Guinée Conakry. Après leur succès 0-1 sur la Tunisie vendredi dernier à Monastir, les champions d’Afrique veulent continuer sur leur lancée. Un deuxième succès d’affilée, c’est bien pour le statut, pour le moral et surtout pour le classement FIFA. Ce sera aussi l’occasion pour Hugo Broos, le sélectionneur national, de tester d’autres nouveaux venus dans la tanière, comme ce fut le cas contre les Aigles de Carthage. Mais pour le technicien belge, il sera aussi question de voir si ses joueurs ont enfin compris que la CAN est derrière et qu’il faut se remettre au travail dans la perspective de la coupe des Confédérations qui approche à grands pas, précise Cameroon Tribune. Canon de Yaoundé : « Womé Nlend directeur sportif ». Selon La Nouvelle Expression, le président général du club le plus titré du Cameroun sur le plan international a recruté l’ancien Lion Indomptable pour patronner le staff technique.