VOTRE REVUE DE LA PRESSE CAMEROUNAISE DU LUNDI 30/01/2017

La presse en revue
Typography

 

Actualité Politique :

Bénoué :

« Le Rdpc se déchire sur les réseaux sociaux ». Nous informe L’œil du Sahel. Le document sur lequel les auteurs ont pris le grand soin de dissimuler leurs identités se partage via WhatsApp dans la ville de Garoua depuis près de trois semaines. Intitulé « Lettre à M. Sardaouna, secrétaire général du ministre de l’Habitat et du Développement urbain », il met clairement à nu les divergences qui existent entre les leaders du Rdpc dans la Bénoué. Le tract accuse le secrétaire général du Mindhu, par ailleurs membre de la délégation départementale permanente du Comité central dans la Bénoué, d’avoir manipulé la presse afin de mettre en difficulté Ahmadou Alhadji Bouba, délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Garoua et Mamouda Ali, député Rdpc.

Nord :

 « Le Sdf fourbit ses armes pour 2018 », laisse entendre L’œil du Sahel. Une réunion du comité exécutif national (CEN) du Sdf était prévue samedi dernier, à Bamenda avec un seul point inscrit à l’ordre du jour : la crise socio-politique qui paralyse actuellement les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest Cameroun. Selon certaines indiscrétions, le parti de John Fru Ndi devrait annoncer au terme de ces assises son intention ferme de contribuer à mettre la pression sur les pouvoirs publics pour qu’une solution à cette crise soit trouvée. En visite de travail dans la région du Nord le 20 janvier dernier, Joshua Oshi, premier vice-président national du Sdf a clairement laissé entendre à la presse que « le parti de la balance » n’entendait pas rester sans voix face à la situation que « vivent leurs frères anglophones en ce moment ». La Nouvelle Expression de son côté relève que « le Sdf demande la libération des leaders interpellés dans la crise anglophone ». Il s’agit selon le comité exécutif réuni à Bamenda ce week-end, d’une condition essentiel pour la résolution actuelle de la crise qui sévit dans les deux régions anglophones du Cameroun. Selon Joshua Oshi, porte-parole du Nec à l’issue de ces assises, « il faut libérer et inconditionnellement toutes les personnes arrêtées et enfermées à Yaoundé », souligne-t-il, avant d’ajouter qu’ « on ne peut pas dialoguer avec des gens qui sont en prison. Même le régime d’apartheid avait trouvé bon qu’il fallait sortir Nelson Mandela de prison pour pouvoir discuter ».

Premier ministre :

 « La succession de Yang se joue à Mvomeka’a entre le Grand-Nord et le SudOuest ». D’après La Météo, des sources introduites ou presque indiquent que les changements plusieurs fois évoqués au sein du gouvernement pourraient enfin intervenir bientôt. Ces informations soutiennent que Paul Biya, depuis Mvomeka’a où il séjourne depuis près de deux semaines, s’attèlerait à la confection d’une nouvelle équipe gouvernementale, à mettre en avant, ou alors juste après la première session ordinaire parlementaire de l’année législative en cours. Ces mêmes informations croient savoir qu’en ce moment, Paul Biya aurait à cœur de sanctionner l’inefficacité de l’équipe Yang III, non seulement face à la crise anglophone qui secoue actuellement le pays, mais aussi et surtout, face à son impuissance à mettre en exécution le plan d’urgence triennal. Lors de ce remaniement, apprend-on, l’on pourrait assister à une reconfiguration de la carte politique du Cameroun, avec le retour de la Primature, soit au Grand-Nord, soit au Sud-Ouest

Crise anglophone :

 « Un francophone complice tombe le masque ». A en croire La Météo, Rémy Nama, chargé de missions à la présidence de la République, s’active depuis quelques temps à voler au secours de ses complices placées aux arrêts pour activités subversives dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Actualité Sociale :

 Education :

« 23% d’enfants au Cameroun savent compter et lire au sortir du primaire». Dix pays d’Afrique de l’Ouest francophone (Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Côte d’Ivoire, Niger, Sénégal, Tchad et Togo) ont fait l’objet en 2014 d’évaluation internationale des acquis scolaires. Cette étude s’inscrit dans le cadre du Programme d’analyse des systèmes éducatifs (Pasec) de la Banque mondiale (BM), dont l’objectif est d’apprécier les compétences des élèves en mathématiques et en lecture (en français). Sur les 10 pays ayant participé à l’évaluation Pasec 2014, le Cameroun se classe au sixième rang pour l’éducation des enfants, au septième rang pour l’éducation des filles les plus pauvres et au huitième rang pour l’égalité d’accès à une éducation de qualité. Seulement 23 % des enfants achèvent leur scolarité primaire en ayant atteint le niveau de maîtrise suffisant défini par le Pasec pour les mathématiques et la lecture. D’importantes disparités d’apprentissage persistent, notamment entre les élèves les plus aisés et les élèves les plus démunis, sans véritable clivage entre les garçons et les filles, rapporte Le Quotidien de l’Economie.

Hommage au quartier général :

« Paul Biya attendu aux obsèques du général Kodji »,annonce L’œil du Sahel. Viendra ? Viendra-t-il pas aux honneurs militaires qui seront rendus au général de brigade Jacob Kodji annoncés pour le 03 février 2017 au Quartier général à Yaoundé ? Le chef de l’Etat Paul Biya qui, depuis le début de la guerre contre Boko Haram, guerre qu’il a officiellement déclaré à Paris le 17 mai 2014, ne s’est jamais rendu sur le théâtre des opérations à l’Extrême-Nord ni participé aux honneurs militaires rendus aux soldats tombés au front, est cette fois-ci face à un cas unique dans les annales de l’armée camerounaise : la mort d’un de ses généraux au front. A la même occasion, il devrait lui décerner, à titre posthume, une troisième étoile et faire ainsi du défunt un général de division.

Développement urbain :

 « Une société pour moderniser Douala ». L’équipe projet chargée de mener les réflexions, en vue de la création et de la mise en place d’une société d’économie mixte locale de gestion patrimoniale de la ville de Douala a tenu sa deuxième session des travaux le jeudi 26 janvier 2017. 1500 milliards Fcfa. C’est le montant qu’il faut à la ville de Douala pour se moderniser à l’horizon 2025. La ville, qui a besoin de se doter des infrastructures modernes n’a pas suffisamment de fonds pour y parvenir. C’est dans cette option que la Communauté urbaine de Douala a pensé la mise en place d’une structure fiable pouvant susciter l’apport du secteur privé dans la construction de la cité économique, relate La Nouvelle Expression.

Reconnaissance:

« Gabriel Ebili honoré ». Nous font dire Cameroon Tribune et La Nouvelle Expression. Le chef de l’Etat, Paul Biya, a ordonné le déblocage de 40 millions Fcfa qui serviront à la construction d’une maison pour le héros du 6 avril 1984. Gabriel Ebili, technicien-radio retraité de la Crtv, est désormais un homme heureux. C’est dans son village Bibondi, arrondissement de Lolodorf, que les autorités l’ont retrouvé vendredi dernier pour un hommage explicite de la nation suite à l’acte patriotique posé ce terrible matin du 6 avril 1984. En signe de reconnaissance et d’encouragement, le président de la République, Paul Biya, vient d’ordonner le déblocage d’un montant de 40 millions Fcfa au profit du héros. Cet argent servira à la construction de sa résidence privée dont la première pierre a été posée vendredi dernier, au cours d’une cérémonie faste.

Comica :

L’Anecdote nous fait part des « vérités sur la destitution de la Miss Cameroun ». Le Comité d’organisation Miss Cameroun ne cesse de faire parler de lui. Des scandales aux révélations fracassantes en passant par des décisions sorties de nulle part, le concept se meure. Mais, le scandale de trop aura été cette destitution historique prononcée le jeudi 26 janvier 2017, dans un hôtel de la ville de Yaoundé, à l’encontre d’une Miss (Julie Cheugueu) ayant remporté haut la main des élections que bon nombre de Camerounais ont désormais baptisées « Missi Comica » ou encore Miss « Ingrid Amougou ». Ceci, à cause de l’impertinence physique voire même « intellectuelle » des élues de cette « mascarade ».

Actualités Economiques :

Héritage :

Le Quotidien de l’Economie focalise son attention sur « la BEAC que laisse Lucas Abaga Nchama ». C’était probablement sa dernière sortie en tant que gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), Lucas Abaga Nchama était le chef d’orchestre de la conférence de haut niveau organisé par la Beac le 25 janvier 2017 à Yaoundé. Sur le thème « Les banques centrales face aux chocs exogènes : stratégies de sorties de crise ». Lucas Abaga Nchama qui, incessamment devra passer le flambeau à Abbas Tolli Mahamat au gouvernorat de la BEAC, d’esquisser quelques grandes lignes de son mandat à la tête de cette banque centrale. Et de ce bilan, il ressort globalement que les résultats sont positifs. On en veut preuve les 160 milliards Fcfa de bénéfices réalisés par la BEAC au cours de l’année 2015. On indique d’ailleurs que les résultats de l’année 2016 qui sont encore en cours d’examen par les commissaires aux comptes, devraient être au moins autant que ceux de l’année précédente. Egalement à l’actif de la mandature de Lucas Abaga Nchama à la BEAC, l’on note le lancement en 2011 du marché des titres publics émis par adjudications qui, précise-t-on, a permis aux Etats de mobiliser près de 4 000 milliards Fcfa en six ans, diversifiant et élargissant ainsi les sources de financement des Etats, tout en contribuant à la résorption progressive de l’excès de liquidité du système bancaire de la zone

Zone Cemac :

 « L’épreuve de la sortie de crise : le plan d’ajustement du Cameroun ». Le ministre de l’Economie, de la planification et de l’Aménagement du territoire a présenté lors du Conseil de cabinet du 26 janvier 2017, le Programme de stabilisation macroéconomique du pays. Au menu : réduction du train de vie de l’Etat, gel des investissements publics et dynamisation du secteur privé, relève Intégration. Dans la même lancée, L’Anecdote précise que « le secteur privé est au centre des attentions ». Selon Louis Paul Motaze, l’heure est venue pour l’atteinte des résultats. Il est désormais question d’initier des réponses appropriées pour poursuivre la politique d’accélération de la croissance définie par Paul Biya.

Actualités Sportives :

CAN 2017 :

 « Indomptables ! ». Titre Cameroon Tribune. Le Cameroun s’est imposé samedi dernier (0-0,4-5), au bout d’une séance de tirs au but face au Sénégal. Hugo Broos court sur le terrain comme un fou. Sadio Mane en pleurs, inconsolable, est soutenu par son entraîneur, Aliou Cissé et des membres de l’encadrement. Faï Collins en pleurs dans les bras du nutritionniste de l’équipe. Des Lions qui jubilent, brûlants de joie, autour d’un Fabrice Ondoa complètement déchaîné. Ces images-là resteront certainement longtemps dans les mémoires. Cela faisait longtemps que les supporters camerounais n’avaient plus vécu ces moments palpitants. Les Lions indomptables seront présents dans le dernier carré de la coupe d’Afrique des nations, Gabon 2017, après un combat épique contre les Lions de la Teranga. Il aura fallu les tirs au but, après le nul vierge au terme de 120 minutes, pour départager les deux équipes (4-5 t.a.b, 0-0).

« Une qualification dans la douleur », souligne L’œil du Sahel. Malgré sa constellation de stars le Sénégal quitte la compétition. Les Lions de la Teranga ont buté sur un excellent Fabrice Ondoa, impériale dans une rencontre où les attaquants camerounais ont été plutôt moins inspirés que leurs adversaires sénégalais. La Nouvelle Expression quant à elle mentionne que « les Lions arrachent le soutien populaire ». Les populations euphoriques ont envahi les rues de la capitale économique ce samedi 28 janvier 2016 chantant et dansant à l’honneur des Lions Indomptables du Cameroun qualifiés pour les demi-finales de cette compétition. Pendant cette célébration un des jeunes a perdu connaissance dans un accident de moto et a été transporté d’urgence à l’hôpital de district de Deido.

Pour La Météo, « la magie continue ». A la surprise générale, les Lions Indomptables du Cameroun se sont qualifiés pour les demi-finales de la 31e Coupe d’Afrique des nations (Can) de football, en battant le Sénégal 5 buts à 4, aux tirs au but. Une qualification que certains adeptes des Sciences occultes attribuent au travail des dizaines de marabouts embraqués pour le Gabon, aux frais du contribuable. Ils croisent le fer avec la Ghana jeudi.

Intégration lui, note que « l’Afrique centrale est dans le carré d’As ».A la faveur de la victoire du Cameroun sur le Sénégal, la sous-région va encore faire valoir son football lors des demi-finales de la CAN 2017. « Et si le Cameroun était sacré ? », se demande L’Anecdote. La qualification des Lions Indomptables samedi dernier pour les demi-finales de la Coupe d’Afrique des Nations de football, amène bon nombre de Camerounais à croire que le pays de Albert Roger Milla est bien parti pour remporter cette phase finale. Même si, sur le plan du jeu, l’équipe d’Hugo Broos tarde à convaincre.

       SOURCES :H M Consulting Revue de presse du Lundi 30 Janvier 2017