LE SYNDROME DE STOCKHOLM ET LES JEUNES LYCEENNES DE CHIBOK

dossier spécial
Typography

Le syndrome de Stockholm tire son nom d'une prise d'otages des années 70 durant laquelle les otages prennent la défense de leurs agresseurs

 

Le syndrome de Stockholm désigne un phénomène psychologique où des otages partageant longtemps la vie de leurs geôliers développent une empathie, voire une sympathie, ou une contagion émotionnelle avec ces derniers. ...

Historique

Durant l'été 1973, un hold-up qui a lieu à Stockholm va mal tourner. Les braqueurs sont obligés de prendre en otage plusieurs employés qu'ils vont séquestrer durant plusieurs jours. Les négociations aboutiront finalement à la libération des otages.

C'est la réaction des otages qui donne son nom au syndrome de Stockholm. Alors que leur vie a été sérieusement menacée par les bandits, ils vont s'interposer entre les truands et les forces de l'ordre, puis, une fois libérés, prendre leur défense en refusant de témoigner contre eux, et iront même les voir en prison comme s'il s'était agi d'amis!

les lycéennes de Chibok et le syndrome de stokhom

Cette pathologie  peut être rencontrée dans le cas de la prise d’otage des jeunes filles enlevées. Avoir passé trois ans avec leurs bourreaux, elles ont d’une manière ou d’une autre tissé des liens avec leurs bourreaux (la nature de ces liens restent encore inconnue). Et sûrement elles ont eu droit à un lavage de cerveau et peut-être même certaines ont eu à subir des viols et des maltraitances de toutes sortes. Les terroristes ont certainement dû les faire culpabiliser. En fait personne ne sait exactement l’état psychologique dans lequel ces filles sont rentrées. Quel est leur état d’esprit ?  D’où la nécessité de les surveiller et de leur imposer un suivi psychologiques.

MERGEM