MBAM ET INOUBOU, pourquoi la magie du sang est-elle utilisée ? Les explications de cet initié en parapsychologie sur l’hématomancie.

dossier spécial
Typography

François BINGONO BINGONO Expert en communication traditionnelle: Crypto communication, ou encore la forme de communication qui relève du domaine du sacré initiatique. Le Parapsychologue donne quelques éclairages sur l’usage du sang dans les rituels de magie noire et les interprétations que l’on peut faire sur deux cas. Celui de la profanation de la tombe de feu Mgr BALLA Benoit dans la cathédrale de Bafia où il repose, le cas de la sous-préfecture de NDIKINIMEKI avec le sang retrouvé sur les murs de la sous-préfecture et le bureau du sous-préfet. Entretien avec François

Comment pouvons-nous interpréter les différents phénomènes d’hémato-mancie (magie par le sang) qui ont cours dans le département du Mbam et Inoubou. Apres la profanation par le sang de la cathédrale de Bafia et de la tombe où repose mon seigneur Benoit BALLA, et aussi le sang que l’on a retrouvé à la sous préfecture de Ndikiniméki sur le mur de la sous préfecture et sur le siège du sous-préfet ?

L’être humain est constitué de deux dimensions une  matérielle et l’autre immatérielle. La dimension qui symbolise le coté matériel de l’être humain est le corps, c’est à elle que l’on a facilement accès. Par ailleurs le côté immatériel est celui au quel on a difficilement accès car il relève du spirituel. Pour avoir accès à ce coté immatériel l’on a généralement recours au sang. Le sang est la représentation physique de ce que l’on appelle l’âme. Le sang a donc plusieurs symboliques et surtout plusieurs usages dans le domaine de la crypto communication.

 Le sang représente la partie subtile, immatérielle et émotionnelle de l’être humain. L’usage du sang peut être fait soit par un sacrifice de bête ou d’un être  humain. La forme de l’être sacrifié dépend ici du degré de puissance que l’on recherche. Le sang a pour but de substituer le coté immatérielle de l’être afin que l’âme de la bête ou de l’être immolé par « égorgeage »,  se supplée au sang d’un individu. Ce rituel peut être fait, dans la recherche d’une guérison de maladie dont l’origine pourrait être mystique.

 D’un autre coté, en cas d’assassinat, les gens peuvent user du sang afin de se protéger en cas de représailles qu’ils redoutent du fait de leur acte sur le plan mystique. Cela est utilisé partout dans le monde que l’on soit ici au Cameroun ou ailleurs. Lorsque l’individu assassiné avait une aura mystique reconnu ou que sa mort ai fait l’objet de rituels ésotérique, les meurtriers utilisent le sang afin de neutraliser l’effet du rituel de retour à l’envoyeur. Ce qui se fait avec l’usage du sang de bête ou du sang humain.

 Dans les deux cas, est ce que le lieu où l’on repend le sang est important ?

Le lieu est hautement important. Il doit représenter une relique de la personne. Non pas seulement lorsqu’il s’agit d’un assassinat. Même une attaque peut se faire sur un espace reliquaire. Si l’on souhaite atteindre une personne ceci se fait à l’aide de reliques ou les traces de l’énergie vitale que l’on retrouve généralement sur les lieux que fréquentait la personne ou sur les objets qu’elle utilise. Des vêtements, un fauteuil et dans certains cas le souffle est aussi utilisé.

Dans un cas d’assassinat,  un endroit reliquaire, peut être une tombe, ou le lieu où a exercé une personne ou encore ou cette dernière est passée ou a parlé. Il se trouve que la tombe de l’archevêque est dans une église ou se trouve sa tombe. Ces espaces sont reliquaires car une partie de l’énergie vitale de la personne demeure là car il y travaillait. Pour envouter quelqu’un il est important que l’on utilise les reliques de la personne ceci peut se faire de part l’énergie déposé par la personne cela peut être sur un fauteuil ou l’on s’est assis ou même l’aire que l’on a respiré

 Comment se protège-t-on face à ce genre de phénomène ?

Le recours aux experts est très important : prêtre, pasteur, ou initié africain, qui savent quoi faire en matière de décryptage crypto-communicationnel. Il s’agit d’un champ réservé à ceux là qui  ont une certaine connaissance dans ce domaine, et non des médecins ou des policiers.