Cameroun : le secteur informel au cœur de l’économie

WordPress.com

ECONOMIE
Typography

L’emploi au Cameroun est une problématique sérieuse. Face à la complexité d’avoir un travail décent, l’on entend généralement bon nombre de jeunes (cible de prédilection du Chômage) dire : « Je me débrouille ». A cet effet, le Secteur Informel s’appréhende donc comme l’ensemble d’activités économiques légales qui échappent à toute législation en vigueur.

            En effet, l’économie informelle se manifeste par un faible niveau d’organisation, elle opère à petite échelle et de manière spécifique, avec peu ou pas de division entre le travail et le capital en tant que facteurs de production. Il est à noté que les relations de travail lorsqu’elles existent, sont surtout fondées sur l’emploi occasionnel, les relations de parenté ou personnelles et sociales plutôt que sur des accords contractuels comportant des garantis en bonne et due forme. C’est ainsi que nous pouvons prendre pour exemple, la vente à l’étalage, les restaurants de fortune, les ateliers de couture qui de jours comme de nuits et ne disposant pas d’un véritable capital  pullulent les rues des grandes villes du Cameroun.

            L’Informel, a été de fait, le principal moteur de la construction des villes et de l’animation de la vie urbaine. En dehors des quartiers « modernes », les grandes villes africaines d’aujourd’hui sont le fruit du travail de l’économie populaire qui bâtit des maisons, fabrique les meubles, crée et transforme les produits agricoles, répare les automobiles, anime les marchés, organise l’épargne, distrait (buvettes, troupes théâtrales) et même soigne (tradipraticiens).

            Ainsi, le secteur informel au-delà  du fait qu’il fasse vivre les sans emplois, entrave très sérieusement l’économie camerounaise. C’est ainsi, que nous relèverons la concurrence déloyale de l’informel sur les entreprises formelles ceci à travers la contrebande, la fraude et la contrefaçon des produits. De plus, nous observons que ce secteur ne fournit aucune assurance à ses utilisateurs en ce sens où ceux-ci sont en cas de poursuite juridique d’une quelconque entreprise publique pour fraude ou contrefaçon ledit travailleur de ce secteur sera livré à lui-même. En outre, nous relevons également que les travailleurs de l’informel ne disposent pas de sécurité sociale ce qui revient à dire qu’en cas de problème lié a sa santé celui supportera exclusivement les charges.

            Bien que le secteur informel soit une entrave pour l’économie camerounaise, il reste le seul capable de générer des emplois. Ainsi, pour rehausser l’économie camerounaise le gouvernement devrait encadrer ce secteur notamment en facilitant l’accès au financement au détriment des PME (Petites et moyennes Entreprises).

  Sylvain BELINGA.

Si vous avez aimé cet article, 

Likez et Partagez