Giovanna Santanera : « Je suis marquée par le réalisme du cinéma camerounais »

Laugh competent angels worship asia highway damn

Cinéma
Typography

Etudiante en Anthropologie à l'Université de Milan en Italie,

elle est au Cameroun depuis plusieurs mois pour des travaux sur sa thèse qui porte sur le cinéma dans la ville de Douala. Elle a accepté de s'exprimer sur MboaLive.

Pouvez-vous vous présenter à nos internautes ?

Je suis Geovanna Santanera, je suis étudiante en Anthropologie à l'Université de Milan, en collaboration avec une université à Paris. Mon sujet de Thèse est axé sur le Cinéma à Douala.

Pourquoi avoir choisi ce sujet pour votre thèse ?

En fait, c'est un intérêt qui est né sur le terrain parce que pour mon Master, j'avais travaillé sur le cinéma nigérian. J'avais fait une recherche sur la réception des films de Nollywood chez les immigrés nigérians à Turin. Donc, pour mon doctorat, j'ai décidé de suivre le même chemin de recherche, je continuais de lire les livres sur le cinéma nigérian, mais, je voulais garder le côté de la dimension transnationale du cinéma nigérian. Alors, j'avais pensé à faire une recherche sur l'influence des films nigérians au Cameroun francophone. Aussi parce que mon directeur de thèse avait fait son terrain à Bandjoun et j'avais pensé qu'un échange avec lui pouvait être très riche parce qu'on faisait la recherche dans un même pays. Mais, quand je suis arrivée à Douala, avec un peu de temps, j'ai commencé à découvrir la ville de Douala et j'ai remarqué que le panorama du cinéma est très vivant. Même si, quand je suis arrivée ici, jusqu'à présent, les gens me disent qu'il n'y a pas de cinéma au Cameroun et particulièrement à Douala et il me dit non, il faut aller au Cameroun anglophone ou à Yaoundé. J'ai trouvé une production de films très intéressante ici.lire la suite sur live.mboa