Le TOP

Une publicité jugée raciste a provoqué indignation et manifestations dans la ville de Johannesburg

"Dans le centre commercial de East Rand, des manifestants ont réussi à entrer dans un magasin et y ont volé des articles. (La police) a dû intervenir et disperser les manifestants en tirant des balles en caoutchouc", a tweeté la police. La dernière campagne de promotion de H&M comportait une photo montrait un enfant noir portant un sweat-shirt recouvert de l'inscription : "Coolest monkey in the jungle" ("Le singe le plus cool de la jungle"). 

DEUX GARCONS H M 1

Le groupe a annoncé lundi le retrait de cette photo, qui a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux, et présenté des excuses. L'un des chefs des EFF, Floyd Shivambu, a justifié les actions de protestation de ses troupes. "Cette ineptie de magasin de vêtements H&M doit accepter les conséquences de son racisme", a-t-il jugé sur Twitter. 

 

"Tous les gens censés seront d'accord pour que cette enseigne ne soit plus autorisée en Afrique du Sud. Bravo aux militants des EFF qui ont affronté physiquement le racisme", a-t-il ajouté. Ce n'est pas la première fois qu'une grande marque est mise en cause de la sorte. 

lexpress.fr

Koaci.com

Mode

Confirmation faite par le Colonel Badjeck en charge de la communication au ministère de la Défense.

Depuis quelques temps, la tenue militaire a une excellente côte auprès des usagers. En boutique comme dans la rue, on y retrouve casquettes, polos, culotte, pantalons camouflés parmi les vêtements.   Conséquence, cette mode n'est plus exclusivement reservée aux forces de l'ordre.

Devant cette situation, le colonel Badjeck, responsable de la cellule de Communication du ministère de la Défense, réitère que tout vêtement civil ayant des imprimés militaires femme ou homme reste inetrdit aux usagers, peut-on lire dans La Nouvelle Expression du mercredi 9 août 2017.

"Le port de la tenue militaire par les civils est strictement interdit dans la mesiure où celà crée des confusions dans la société. Il y en a qui l'utilisent pour faire des opérations dangereuses", affirme le Colonel.

lire la suite ici

Le Dashiki ou Mascara : de Jimmy Hendrix à Fabregas, découvrez l’histoire de ce vêtement populaire qui revêt au fil du temps et dans certains coins du monde, un caractère identitaire. 

Lire la suite...

Serey Dié ne joue pas qu’au football. Il s’intéresse aussi à la musique. Au lendemain du décès de Dezy Champion, l’international ivoirien s’est adonné au zouglou, nous apprend une source bien introduite. Il aurait même interprété avec succès, plusieurs titres pour rendre hommage au défunt

Serey Dié serait aussi engagé dans la religion comme l’était Dezy Champion. Agé de 33 ans, le champion d’Afrique évolue en ce moment au FC Bâle. On ignore encore si son entrée dans le zouglou est provisoire ou définitive. En tous cas, il est bien parti pour imiter l’ancien footballeur Gadji Celi vainqueur de la CAN 1992, qui, après avoir raccroché les crampons, s’est reconverti avec succès au métier d’artiste chanteur.

abidjanshow.com.

Vivant en France depuis l’âge de deux ans et d’origine congolaise, Maître Gim’s n’a toujours pas été naturalisé.

Interrogé par Nikos Aliagas, dimanche dernier, l’uateur du titre à succès « saper comme jamais » a avoué avoir fait les démarches administratives pour obtenir sa naturalisation française mais celle-ci a malheureusement été refusée.

Refus qu’il a en effet beaucoup de mal à s’expliquer. Se considérant comme un véritable ambassadeur de la chanson et de la langue française, Maître Gim’s assure avoir pourtant suivi les instructions menant à la naturalisation à la lettre, prenant notamment part à des cours et tests de Français. S’étant constitué un dossier que lui-même qualifie de « béton », il ne perd cependant pas espoir.

Selon lui, la raison de ce refus serait en fait toute simple. Ainsi, alors qu’il était invité sur un plateau télé, le rappeur a assuré qu’il n’aurait aucun problème à obtenir ses papiers. Une petite phrase qui aurait ainsi vexé les autorités. Malgré tout, l’interprète à succès se sent bel et bien Français : « Je chante en français, je m’exprime en français et j’adore la langue française »

La Nouvelle Tribune

Jeudi 08 Mars dernier, nombre de camerounais et camerounaises ont dansé et célébré la femme. Et en ce moment au Cameroun, quand on parle de danser, on parle aussi de Maahlox le vibeur. L'artiste en vogue depuis une demi-décennie déjà donnait un show dans la ville de Bafoussam. Et la soirée s'est faite avec de nombreuses surprises. Lebledparle.com vous en dit plus ... 

maahlox concert Bafoussam

     Il est environ 23h quand Maahlox arrive dans une salle pleine à craquer. L'ambiance est surchauffée à la maison du parti de Bafoussam. De nombreux fans ont fait le déplacement depuis Dschang, Bandjoun et plusieurs autres villes. Les familles sont venues complètes, toutes les générations sont représentées et l'on peut apercevoir dans la salle quelques dames la quarantaine venues célébrer leur journée du 08 Mars. A son arrivée, Maahlox est acclamé, applaudi. C'est le King, l'artiste phare au Cameroun en ce moment toutes catégories confondues. Il n'existe plus populaire. 

Quand il prend le micro pour entonner ces premiers hits, c'est indescriptible l'énergie qui remplit la salle. Les paroles des chansons sont répétées en chœur par les fans. Les cris, les chants, les expressions d'affection envers leur idole. Le public est euphorique. Certains attendent ce moment depuis des années. Un étudiant interrogé sur place nous confie : 

"MAAHLOX c'est le grand-frère de la musique au Cameroun. Je suis venu de l'iut de Bandjoun pour le voir. Il est trop fort. Ecoutez-moi ce bon son. C'est le meilleur".

Un témoignage au superlatif qui décrit l'émotion présente dans cette salle de Bafoussam habituée à des évènements bien moins populaires. En plus de la célébrité de l'artiste locale, l'entrée au concert pour la modique somme de 1000 frcs donnait la possibilité à toutes les classes d'assister au show. 

Cependant, ce moment de bonheur sera de courte durée. Le désordre régnant dans les salles, les bousculades, les aller et retour des fans sur la scène sont les premiers éléments qui perturbent le concert. De plus, l'artiste se déplace de par et d'autre pour être au contact de son public. Néanmoins, cela va rapidement tourner à l'incontrôlable. Le membre de Zone de Rap va tout simplement quitter la salle de concert alors que certains fans s'attendaient à une continuité du show. Nombreux ne comprendront pas s'il s'agissait de la fin du show ou si l'artiste s'est sauvé par mesure de sécurité. Toujours est-il que les plus râleurs ne vont pas se laisser faire ...  une fois le départ de l'artiste officialisé, plusieurs spectateurs vont se déchainer dans la salle, jetant des chaises ici et là, déplaçant du matériel et commettent d’autres acte de vandalisme. Vraisemblablement pour exprimer leur mécontentement. 

Lebledparle.com vous dévoile une vidéo exclusive prise sur place par un de nos observateurs :  cliquez ici pour acceder à la vidéo

Un paradoxe donc. Alors que certains sont entièrement satisfaits du show et remercie le Viber, d'autres estiment que le déplacement n'en valait pas la peine vu la courte durée du et le départ de l'artiste. De façon plus générale, il va de soi qu'une meilleure organisation de l'évènement et une meilleure communication auprès des spectateurs auraient pu éviter cette fin embarrassante. Même si cela n'affecte en rien la prestation de Maahlox le Viber. Ce dernier a sans doute pu constater que sa côte de popularité dans l'Ouest du pays en particulier à Bafoussam est en hausse. Et ce malgré les accusations dont il fait l'objet ou sa récente affaire avec Lady Ponce.

lebledparle

Organisé par l’association Tous’anime, l’événement est prévu du 20 au 21 octobre 2017  à l’Institut français de Yaoundé.

Lire la suite...

 

                                 

« EH A MAN NEUH » beaucoup d’internautes Camerounais se sont appropriés cette expression, de ce duo d’humoriste. Une idée originale et un talent exceptionnel voici un portrait de ces artistes humoristes qui font le buzz sur la toile.

Cette année 2017 aura été l’année de révélation pour MVONDO Rodrigue et MESSI Fabien, plus connus sous le surnom de MAN NEUH.   Ils sont amis depuis déjà 17 ans et sont animés par la passion de l’art en général et de l’humour en particulier. Leur série est un véritable phénomène sur la toile et rencontre ainsi l’assentiment de milliers de Camerounais.

 plan srr0

 Ils débutent par la musique en 2013 et forment un groupe qui se nomme BLACK BOYS. La musique ne pouvant pas selon eux traduire réellement le message et la profondeur de leur état d’esprit, les deux amis décident de se lancer dans la comédie. L’aventure commence en 2014 avec leur apparition dans la série « les lascars du kwatt » qui à son époque a rencontré un certain succès. Plus tard, le duo MAN-NEUH nait et c’est ainsi que la bonne formule est trouvée par Fabien et Rodrigue qui décide ainsi de montrer au monde leur talent face à la caméra. Porter par l’amour de la culture ils souhaitent ainsi véhiculer une forme d’art propre à l’environnement dans lequel ils ont grandi. Faire connaitre au monde les réalités du quotidien des Camerounais des bas fonds voilà l’idée directrice du concept MAN-HEUH.cliquez 

lien youtube: man-neuh

Un univers est ainsi présenté par ces deux humoristes au talent exceptionnel et met en scène l’histoire d’un maître peu instruit et son valet. Un valet quant à lui instruit et qui sert de traducteur et interprète à ce maître d’une autre époque  qui semble nager dans un monde moderne où il est dépassé par les évènements. Ainsi le maitre  peu parfois être un NKUNKUMA (chef de terre) ou tout simplement le prototype du riche propriétaire terrien tel que l’on connait dans nos quartiers.

Ce concept présente donc différentes scènes de vie que nos deux humoristes ont eu à observer et dont ils se sont appropriées. Des scènes qui s’inspirent des situations que vivent souvent les chrétiens dans leurs églises où un pasteur et des interprètes parfois maladroits se donnent en spectacle  sous le regard  des fidèles souvent désolés d’assister à des traductions dont l’interprète seul a le secret.

Etre les hauts parleurs du ghetto et la culture camerounaise, tel est l’objectif recherché. L’usage d'une langue populaire au Cameroun à savoir l’Ewondo est ainsi repris à chaque fois par cet interprète espiègle, qui de temps en temps tourne à son avantage la situation. Nous sommes ainsi emportés à chaque fois dans un environnement propre à notre pays. 

image google

Cinéma

Depuis mardi soir, les candidats jubilent dans les villes et villages du Cameroun, à la suite de la proclamation des résultats du Baccalauréat. Et parmi les malheureux qui ont échoué à cet examen, la rumeur inclut le rappeur Ténor.

Lire la suite...

Plus d'articles